Festival de Cannes 2021 : Gaspar Noé filme avec dignité un vieux couple en fin de vie dans "Vortex"

Identifié à des films perturbants, voire provocants, le réalisateur, habitué de la Croisette, était hors compétition avec un long métrage d’une sobriété peu coutumière.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Dario Argento et Françoise Lebrun dans "Vortes" de Gaspar Noé (2021) (WILD BUNCH)

Présent dans la section éphémère Cannes Première qui rassemblait des cinéastes déjà venus en compétition par le passé, mais non sélectionnés cette année, Gaspar Noé a présenté Vortex. Un film qui se démarque de ses œuvres perturbantes, voire provocantes, auxquelles il est identifié : Irréversible, Enter the Voïd, Love, Climax… Avec le réalisateur culte Dario Argento, dans un premier rôle au cinéma, l’actrice et réalisatrice Françoise Lebrun, et Alex Lutz, Vortex émeut jusqu'aux larmes.

Split screen

Un vieux couple vit dans son appartement parisien entouré des souvenirs de toute une vie : bibliothèques surchargées, piles de livres et de disques au sol, et plétore d'affiches au mur. Lui est un historien du cinéma qui écrit sur les liens entre le 7e art et les rêves, elle est une psychiatre à la retraite, atteinte de la maladie d’Alzheimer. Reclus, ils vivent les derniers jours de leur amour qui n’a pas pris une ride.

A la lecture du synopsis, on pense à Amour de Mickael Haneke (Palme d’or 2012), où un vieux couple vit également ses derniers jours. Mais Vortex relate une autre histoire, avec une approche visuelle et narrative bien différente. Ce qui rassemble les deux films, c’est la sensibilité extrême avec laquelle ils traitent d’un même thème. Toujours en quête d'image hors normes, Gaspar Noé utilise cette fois le split screen (séparation de l’écran en plusieurs plans) qu’il maîtrise avec une virtuosité étonnante, en exposant deux points de vue différents à l’écran.

Tourbillon intérieur

Le couple Argento-Lebrun fonctionne comme s’il existait depuis toujours. Dario Argento, pour la première fois acteur, est époustouflant de vérité, et Françoise Lebrun bouleversante. Alex Lutz, qui joue leur fils, est comme à chaque prestation, d'une justesse confondante. Un casting parfait, au diapason du sujet, du scénario improvisé sur le plateau, et des personnages. Noé n'écrit pas, il a tout dans la tête. Du grand art. Un quatrième personnage serait le décor de cet appartement qui semble habité depuis des lustres. Il a été en fait entièrement créé en studio. Par ses empilements, ses accumulations, Il est le témoin d’une vie. 

Apparemment calmes, ces derniers jours sont en fait tourmentés : une vie parsemée d'orages qui s’effiloche et dont la mémoire part à vau-l'eau. Celle de la psychiatre, frappée par la maladie d’Alzheimer, et celle d’un historien du cinéma qui, à force d’accumuler des sources, finit par s’y perdre. Le Vortex du titre fait référence à ce tourbillon à huis clos vécu par ces personnages confinés avec leur colère. Gaspar Noé le capte à merveille, relançant constamment son récit pétri de dignité, jusqu’à un geste ultime, nihiliste, mais pas désespéré.

"Vortex" de Gaspar Noé (2021). (WILD BUNCH)

La fiche

Genre : Drame
Réalisateur : Gaspar Noé
Acteurs : Dario Argento, Françoise Lebrun, Alex Lutz,
Pays : France / Belgique / Monaco
Durée : 2h15
Sortie : Prochainement
Distributeur : Wild Bunch

Synopsis :  Un couple âgé vit dans un appartement parisien submergé de livres et de souvenirs. Lui est cinéphile, historien et théoricien du cinéma qui écrit un ouvrage sur les liens entre le 7e art et les rêves. Elle, psychanalyste à la retraite, est atteinte de la maladie d’Alzheimer. Amoureux et indispensables l’un à l’autre, ils vont vivre leurs derniers jours.  

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Festival de Cannes 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.