Festival de Cannes 2021 : "Bergman Island" de Mia Hansen-Løve passe à côté de son sujet autour du cinéaste suédois

Prix spécial Un certain regard à Cannes en 2009 avec "Le Père de mes enfants", la réalisatrice est en compétition avec un film dont l’accueil a été mitigé.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Vicky Krieps et Tim Roth dans "Bergman's Island" de Mia Hansen-Løve (2021). (LES FILMS DU LOSANGE)

Ingmar Bergman est un trésor national en Suède. Bergman Island avec Mia Wasikowska, Tim Roth et Vicky Krieps l’aborde dans une fiction tournée dans l’ile suédoise de Fårö, en Suède, où il a vécu et tourné plusieurs de ses films. Le metteur en scène n’est toutefois pas le sujet, mais la toile de fond d’un film prétexte à l’analyse d’un couple de cinéastes en crise d’inspiration, venu se ressourcer à l’endroit-même où leur réalisateur de référence la trouvait.

Film dans le film

Tony et Chris, tous deux cinéastes, passent quelques jours en sur l’île de Fårö où vécut leur mentor Ingmar Bergman. Sur place, c’est pratiquement un parc d’attraction autour du maître suédois qu’ils découvrent. Entre master class et excursions, ils avancent dans l’écriture de leur prochain film, qui bientôt se perd entre fiction et réalité.

Si Ingmar Bergman n’est pas le sujet, il est comme un fantôme qui traverse le film. Après un début réussi avec l’arrivée de Tony et Chris qui touchent le Graal en résidant sur l’île de Fårö, Bergman Island bifurque dans le film dans le film quand Chris expose à Tony l’histoire du long métrage dont elle cherche encore la fin. En choisissant de le visualiser , le film de  Mia Hansen-Løve perd de la consistance, en nous emmenant dans une histoire d’amour adolescente, un peu mièvre, qui laisse le spectateur sur le bord du chemin.

Bergman Safari

Les affres de la création ont déjà été abordées dans cette 74e édition du Festival de Cannes, avec Annette et Drive my Car, tous deux en compétition. Cette troisième approche du sujet donne l’effet de cinéastes en quête d’eux-mêmes, pas très loin d’un quant-à-soi. Crise des sujets ? Elle n’est pas nouvelle, mais l’on tourne en rond, même si cela peut engendrer de belles œuvres, comme le film d’ouverture de Leos Carax.

Vicky Krieps et Tim Roth dans "Bergman's Island" de Mia Hansen-Løve (2021). (LES FILMS DU LOSANGE / MIA HANSEN-LOVE)

Mia Hansen-Løve partait bien dans la découverte de l’île de Fårö, avec humour, comme l’introduction de ce bus d’excursion baptisé "Bergman Safari" qui visite les lieux de tournage où a opéré Bergman. Mais quand le film verse dans l’histoire d’amour, sujet du film de Chris, l’ennui s’installe dans une longue bluette, alors que le maître suédois s’est fait le chantre de l’analyse du couple en profondeur, avec des œuvres majeures. L’envahissement de la fiction dans la réalité de Chris est aussi trop tardif et maladroit. Ces "erreurs" dénoncent-elles l’impossibilité de tourner des films comme le faisait Bergman, dans une industrie du cinéma, aujourd’hui, plus mainstream ? Si c’est le cas, Mia Hansen-Løve s'est tiré une balle dans le pied.

L'affiche de "Bergaman island" de Mia Hansen-Løve (2021). (LES FILMS DU LOSANGE)

La fiche

Genre : Drame
Réalisatrice : Mia Hansen-Løve
Acteurs : Mia Wasikowska, Tim Roth, Vicky Krieps, Anders Danielsen Lie, Joel Spira 
Pays : France / Suède / Belgique / Allemagne / Mexique
Durée : 1h52
Sortie : 14 juillet 2021
Distributeur : Les Films du Losange

Synopsis : Un couple de cinéastes s'installe pour écrire, le temps d'un été, sur l’île suédoise de Fårö, où vécut Bergman. A mesure que leurs scénarios respectifs avancent, et au contact des paysages sauvages de l’île, la frontière entre fiction et réalité se brouille…

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Festival de Cannes 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.