Cannes : "La Forêt de Quinconces" montre une autre facette du cinéma français

Grégoire Leprince-Ringuet est un acteur qui a joué pour Téchiné, Honoré ou Guédiguian. En direct de Cannes ce mardi 17 mai, il commente sa première sélection au Festival pour son premier film, "La Forêt de Quinconces".

Voir la vidéo
France 3

"Je suis très content, très fier. C'est une belle récompense" de présenter mon film à Cannes, estime dans le Grand Soir 3 ce mardi Grégoire Leprince-Ringuet, réalisateur, à 28 ans, de La Forêt de Quinconces, qui sort le 22 juin. Dans ce film d'amour, Ondine quitte Paul, qui n'a qu'une idée en tête, se venger. Mais Paul rencontre Camille, adepte des philtres amoureux.

Grégoire Leprince-Ringuet a écrit les dialogues du film en alexandrin et en octosyllabes (8 pieds). "L'écriture des vers, c'est quelque chose qui m'habite depuis longtemps. J'ai fait ça par amour de la poésie et j'étais très heureux qu'ils soient joués par les acteurs".

Le film tient sur ses épaules

Il n'avait pas prévu de jouer dans son film, avant finalement d'endosser le costume du héros. "Le risque de l'écriture a fait que le film a été assez difficile à produire. Et je me suis dit qu'il fallait que tout tienne sur mes épaules pour que le film se fasse. Avec les autres acteurs, c'était un peu comme si on était tous metteurs en scène".

Le film de ce jeune réalisateur comporte de nombreux moments de magie. "Un grand pan du cinéma français est tourné vers le naturalisme, vers le réalisme, commente-t-il. J'ai choisi pour m'exprimer quelque chose de plus artificiel, davantage tourné vers le rêve, vers l'imaginaire, le mystère. J'étais content de montrer une facette plus onirique du cinéma français".

Le JT
Les autres sujets du JT