Cet article date de plus de deux ans.

Arrivé en France il y a trois ans, son court métrage est présenté à Cannes

Du Cameroun à la Croisette, en passant par Besançon, le parcours de Liil Serge Mbeutcha est assez singulier. Dans quelques jours, il présentera son troisième court métrage "#Quiproquo" en marge de l'un des plus prestigieux festivals de cinéma au monde. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le court métrage #Quiproquo de Liil Serge Mbeutcha a été sélectionné pour le Festival de Cannes 2019. (DR / Liil Serge Mbeutcha)

Arrivé en 2016 pour jouer au rugby à Besançon, Liil Serge Mbeutcha a dû abandonner ses rêves d’ovalie à la suite d’une blessure. Mais le jeune homme de 25 ans a une autre passion : le cinéma. Une passion qu’il a décidé de vivre à fond, loin des galères du passé.

Quand tu as survécu sur le désert, que tu as survécu sur l’eau… Il y a des gens qui me disent pourquoi tu es souriant ? Je dis : parce qu’il n’y a plus rien de malheureux.

Liil Serge Mbeutcha

réalisateur

Liil_Serge_Mbeutcha_du_Cameroun_a_la_Croisette

Liil_Serge_Mbeutcha_du_Cameroun_a_la_Croisette

Carton sur le net

Liil Serge Mbeutcha adore le cinéma d’action et cela se voit. Son #Quiproquo tourné dans les rues de Besançon déménage. L’histoire d’un petit dealer de cité passé par la case prison et sur le difficile chemin de la rédemption. Un court qui pourrait donner lieu à une série.

En attendant, le jeune réalisateur espère que cette opportunité cannoise va lui permettre de se faire connaître dans le milieu et lui ouvrir quelques portes de producteurs. Une belle carte de visite qui peut-être lui permettra de réaliser son nouveau rêve : un premier long métrage. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Festival de Cannes 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.