Fabrice Luchini, ennemi déclaré des pianos dans les gares

Cela se passait il y a quelques jours dans l'émission culturelle "Stupéfiant!" qui a entamé sa troisième saison sur France 2. Le comédien Fabrice Luchini, interviewé par Léa Salamé pendant près d'une demi-heure, s'est offert une digression de deux bonnes minutes d'acharnement sur une question qui l'exaspère au plus haut point : la présence de pianos en accès libre dans les gares...

Fabrice Luchini dans l\'émission Stupéfiant ! (8 octobre 2018)
Fabrice Luchini dans l'émission Stupéfiant ! (8 octobre 2018) (Stupéfiant ! / France 2)
Lors de cet entretien diffusé lundi 8 octobre, Fabrice Luchini a confié que cette question hautement sensible avait été à l'origine, tout de même, de sa première dispute avec sa compagne pour laquelle "il faut quand même hiérarchiser les colères"... Malgré ces paroles de bon sens, rien à faire. Les gens d'un niveau moyen qui se mettent au piano en public, ça le rend fou. "J'ai envie de leur dire : comment ça va, Glenn Gould ?", a lancé Fabrice Luchini. Devant une Léa Salamé hilare, le comédien a asséné : "Le mec qui n'est pas Glenn Gould, il a le droit d'exister, mais chez lui !" Puis, fulminant de plus en plus, il a développé et illustré son propos. Mémorable.

L'ineffable diatribe luchinienne a été partagée sur la page Facebook de France 2 :


La digression sur les pianos figure dans la seconde partie de l'interview de Fabrice Luchini sur le thème de l'art de parler, diffusée dans le magazine hebdomadaire "Stupéfiant !", le lundi 8 octobre 2018 (première partie ici)