"Drunk" de Thomas Vinterberg remporte le Prix du Cinéma européen 2020 en version virtuelle

Avec Mads Mikkelsen dans le rôle principal, le film a remporté quatre récompenses : meilleur film, meilleur acteur, meilleur réalisateur et meilleur scénariste. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La réalisatrice polonaise et actrice Agnieszka Holland et le réalisateur allemand Wim Wenders annoncent les prix des European Film awards remis au réalisateur danois Thomas Vinterberg et à son producteur compatriote Kasper Dissing, pour "Drunk" ("Another Round" en anglais) sur la scène des 33e European Film Awards qui se sont déroulés en version virtuelle dans la nuit du 12 au 13 décembre 2020 à Berlin. (ANDREAS RENTZ / GETTY IMAGES EUROPE)

Les Prix du Cinéma européen 2020 ont récompensé dans la nuit du 12 au 13 décembre à Berlin le film Drunk (Another Round en anglais), qui s'est vu décerner ceux du meilleur film, revenus au producteur danois Kasper Dissing, du meilleur réalisateur, à son compatriote Thomas Vinterberg, du meilleur acteur à Mads Mikkelsen, et du meilleur scénario à Tobias Lindholm et Thomas Vinterberg.

Le film raconte l'histoire de quatre profs de lycée qui veulent vérifier l'assertion d'un chercheur soutenant que les humains naissent avec une carence de 0,5g d'alcool. Ils décident de consommer quotidiennement l'équivalent pour en constater les effets.

Comédie humaine

Vinterberg maîtrise parfaitement son sujet en exposant nombre des travers de l'alcoolisme. Quatre copains, sobres, vieux routiers de l'enseignement, stables dans leur routine, basculent. Tous de milieux sociaux-culturels différents, ils vivent une expérience commune avec des conséquences individuelles qui recoupent la palette des effets de l'alcool. Le réalisateur danois poursuit en toute logique la "comédie humaine", détectable dans ses films, avec une acuité qui fait encore mouche.

Sélectionné au Festival de Cannes "virtuel" 2020, Drunk aurait sans doute interpellé les festivaliers. Sujet maintes fois traité au cinéma (Gervaise, Un singe en hiver, Barfly... adaptés de Zola, Blondin et Bukowski), l'alcoolisme selon Vinterberg se détache d'un exposé sur un cas particulier, pour atteindre les sciences sociales dans un sens plus général. Il étudie les effets de l'alcool, leur évolution et leurs conséquences, en les différenciant selon les individus : c'est là toute l'originalité du film.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.