Harcèlement dans le couple : le court-métrage d'une jeune Mancelle dépasse le million de vues sur YouTube

Le témoignage d'une youtubeuse de 20 ans fait le buzz sur les réseaux sociaux. Dans "Tu n'es rien sans moi", la jeune femme raconte son calvaire auprès d'un homme qu'elle qualifie aujourd'hui de pervers narcissique. La vidéo a dépassé le million de vues sur YouTube.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Shanice Tafforeau, chez elle au Mans. (France 3 Pays de la Loire)

"Quelle est la différence entre aimer et posséder ?" C'est la question que pose Shanice Tafforeau dans Tu n'es rien sans moi. Le court-métrage d'une vingtaine de minutes raconte son histoire. Celle d'une jeune femme tombée amoureuse de la mauvaise personne. Pendant des mois, cette youtubeuse a subi le harcèlement moral de son compagnon de l'époque. Jalousie, rabaissement, pression psychologique, menaces... les symptômes ordinaires d'un mal qui touche des milliers de femmes en France.

Harcèlement : un court métrage dépasse le million de vues

Susciter une prise de conscience

Et c'est justement pour venir en aide à ces femmes et susciter une prise de conscience collective que Shanice a décidé de partager son expérience sur un média qu'elle connaît bien puisqu'elle y exerce sa profession d'influenceuse : les réseaux sociaux. Avec l'aide de quelques amis, chez elle au Mans, la jeune femme de 20 ans a tourné au smartphone ce court-métrage qui décrit, étape par étape, la relation toxique qu'elle a entretenue avec son ex-petit ami.

Publiée en juillet 2020, la vidéo est passée inaperçue pendant plusieurs mois avant de connaître un succès fulgurant : "À un moment, en décembre, le court-métrage a explosé, explique Shanice. On a commencé à avoir 15 000 vues, 50 000 vues, 100 000 vues en 24 heures. C'était incroyable !" Aujourd'hui, plus d'un million de personnes l'ont visionnée.

Forte de son succès, la jeune youtubeuse a décidé de renouveler l'expérience. Elle a plusieurs projets en tête, toujours dans le but de venir en aide aux victimes de harcèlement, un délit puni par la loi. Depuis 2010, les violences psychologiques dans le couple sont en effet passibles de 3 à 5 ans d'emprisonnement et d'une amende pouvant aller jusqu'à 75 000 euros.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.