Cet article date de plus de huit ans.

[Deauville] : pour Michael Douglas, "Hollywood ne fait plus confiance au talent"

L'acteur et producteur américain Michael Douglas a estimé samedi qu'Hollywood ne faisait plus confiance aux scénaristes de talent, lors du festival du cinéma américain de Deauville (Calvados).
Article rédigé par
franceinfo Culture (avec AFP) - franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Michael Douglas sur la promenade des Planches à Deauville le 31 août 2013
 (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)
"L'industrie, les studios, ne font généralement pas confiance au talent", a dit l'acteur venu présenter le film de Steven Soderbergh "Ma vie avec Liberace", dans lequel il joue le rôle principal, qui n'est passé qu'à la télévision aux États-Unis (11 millions de spectateurs l'ont vu sur HBO selon Soderbergh) et sort sur grand écran le 18 septembre en France.

Michael Douglas répondait à un journaliste qui lui demandait s'il pensait qu'"Hollywood prend beaucoup moins de risques aujourd'hui qu'il y a une ou deux décennies".

"Au cours de ma carrière dans les années 70 et 80, tant que vous restiez dans des frontières financièrement raisonnables, les studios faisaient confiance au talent", a répondu la star aux deux oscars. HBO, la chaîne câblée américaine qui a produit le film, "fait confiance au talent, ce qui est une qualité unique", a-t-il poursuivi. "L'année a été difficile pour" Hollywood et ses grosses productions mais "je suis sûr qu'il y a en ce moment plein de gens dans les conseils d'administration (des studios) qui se cassent la tête" pour redonner sa place au talent à Hollywood, a-t-il conclu.

Histoire d'amour entre le pianiste Liberace, "qui soutient à lui seul toute l'industrie autrichienne du strass", et un jeune homme de condition beaucoup plus modeste incarné par Matt Damon, le film de Soderbergh a été longuement applaudi à l'ouverture du festival. Le film, hors compétition à Deauville, faisait partie de la sélection à Cannes, "un message fort qu'il se passe quelque chose, que, aux Etats-Unis au moins, beaucoup de grands scénaristes vont vers la télé", selon Michael Douglas.
Le reportage de Sabine Daniel sur l'ouverture du festival :

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cinéma

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.