Cinéma : "tous les matins il y a une vingtaine de tournages qui ont lieu" à Paris

Plus de 5 000 jours de tournage ont lieu par an à Paris, un nombre "en croissance depuis cinq ans", selon Michel Gomez, délégué général de la mission cinéma de la mairie de Paris.

Le tournage d\'un film à Paris, en mars 2017 (illustration).
Le tournage d'un film à Paris, en mars 2017 (illustration). (OLIVIER BOITET / MAXPPP)

Le salon des tournages ouvre jeudi 16 janvier au Parc Floral de Paris. Chaque région française vient faire valoir ses atouts auprès des producteurs de cinéma et de série. L'une des thématiques fortes du salon cette année c'est l'éco-production, c'est-à-dire la réduction de l'empreinte carbone des tournages. À Paris, "tous les matins il y a une vingtaine de tournage qui ont lieu", a expliqué sur franceinfo Michel Gomez, délégué général de la mission cinéma de la mairie de Paris.

franceinfo : Est-ce qu'il y a beaucoup de tournages à Paris ?

Michel Gomez : À Paris, le nombre de jours de tournage est en croissance depuis cinq ans avec plus de 5 000 jours de tournage par an. Tous les matins il y a une vingtaine de tournage qui ont lieu à Paris. Ce sont des films, des séries, des publicités. Tous les genres cinématographiques concourent à cette activité.

Comment expliquez-vous un tel engouement ?

Cette augmentation est liée à un bouleversement fondamental du paysage audiovisuel national et mondial avec à la fois l'arrivée de nouveaux acteurs comme Netflix, Amazon, AppleTV qui viennent beaucoup tourner à Paris, et le développement des séries françaises ou étrangères. Qui dit série, dit plusieurs saisons et des dizaines et des dizaines de jour de tournage. Lorsqu'une série arrive on sait qu'elle est là pour longtemps.

Quel avantage a la France ?

La France dispose d'outils d'attractivité fiscale, des mécanismes de crédits d'impôts qui ont été mis en place par le CNC (centre national du cinéma) et qui nous ont remis complètement dans la course aux gros tournages étrangers. Ce sont les plus souvent des Américains, mais on a aussi un très gros tournage indien, un énorme film d'action chinois. Nous avons aussi de nouveaux pays comme l'Indonésie.

Les tournages écologiques sont-ils nombreux ?

C'est un impératif. On est en train d'accélérer cette transition écologique. Elle est complexe parce qu'un tournage c'est comme un cirque qui se déplace, il y a beaucoup de camions. Le grand défi que l'on a c'est dans les quatre ans à venir à avoir fait la transition de l'ensemble du parc de véhicules qui servent aux tournages.