Cet article date de plus d'un an.

Le mythique "Casque d'Or" revient dans une version remastérisée : une plongée dans le Paris criminel de la Belle Époque

Publié Mis à jour
Cinéma : le mythique film "Casque d'Or", une plongée dans le Paris criminel de la Belle Époque
Cinéma : le mythique film "Casque d'Or", une plongée dans le Paris criminel de la Belle Époque Cinéma : le mythique film "Casque d'Or", une plongée dans le Paris criminel de la Belle Époque
Article rédigé par France 3 - S.Desjars, S.Guibout, P.Brame
France Télévisions
France 3

Le film "Casque d'Or" de Jacques Becker, un chef d'œuvre du cinéma français, fait peau neuve. Soixante dix ans après sa sortie, il revient dans une version remastérisée. L'occasion de revenir sur ce film librement inspiré d'une histoire vraie dans le Paris de la Belle Époque, avec ses gangs de jeunes délinquants.

À Paris, les populaires quartiers de Belleville et Ménilmontant sont le décor de l'un des plus grands films français, inspiré de personnages réels de la Belle Époque. Il s'agit de Casque d'Or, réalisé par Jacques Becker et sorti pour la première fois en 1952. Dans ce film, Simone Signoret, alias Casque d'Or, vit une histoire d'amour tragique avec Serge Reggiani, nommé Georges Manda. Parmi les rares décors naturels du film, il y a une maison de la rue des Cascades (Paris) qui a résisté à l'appétit des promoteurs immobiliers, ce qui réjouit les riverains.

Un milieu de gangsters


Casque d'Or évolue au milieu de gangsters prompts à la castagne. Elle est érigée en héroïne des bas-fonds. En fait, la vraie Casque d'Or s'appelait Amélie Élie. Elle était une prostituée qui a grandi dans les faubourgs misérables parisiens au début du siècle dernier, convoitée par deux bandes des Apaches, nom donné aux bandes criminelles de la Belle Époque. Quarante ans après la disparition de ces bandes, Jacques Becker revisitera leur univers en effleurant seulement sa noirceur.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.