Cinéma et audiovisuel : les fonds de garantie contre l'interruption des tournages à nouveau prolongés jusqu'à mars 2022

En septembre dernier, plus de 900 tournages (fiction, animation, documentaire et captation de spectacle vivant) avaient adhéré au fonds de 100 millions d'euros (dont la moitié d'argent public) mis en place par le Centre national de la cinématographie et de l'image animée 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Tournage du film "Les Misérables" en Dordogne en octobre 2020 (JEAN DANIEL SUDRES / JEAN DANIEL SUDRES)

Les fonds de garantie contre le risque Covid-19 d'interruption des tournages de films et émissions de télévision, qui avaient été prolongés jusqu'à fin 2021, sont de nouveau étendus jusqu'à fin mars 2022, a annoncé le 31 décembre le ministère de la Culture.

"Compte tenu de la situation épidémique, il a été décidé de prolonger ces fonds pour garantir le maintien des tournages prévus dans les semaines à venir", a-t-il précisé dans un communiqué.

Deux fonds mis en place

Deux fonds avaient été mis en place en France à la fin du printemps 2020, au sortir du premier confinement, pour soutenir une reprise rapide de la production.

L'un, géré par le Centre national de la cinématographie et de l'image animée (CNC), permet de garantir les tournages de films. L'autre, géré par la Direction générale des médias et industries culturelles (DGMIC), permet d'indemniser les programmes télévisés dits de flux (jeux, magazines, divertissements...) "pour les sinistres intervenus à compter du 1er juin 2020", explique le ministère.

Tous deux avaient déjà été prolongés. En septembre 2021, plus de 900 tournages (fiction, animation, documentaire et captation de spectacle vivant) avaient adhéré au fonds de 100 millions d'euros (dont la moitié d'argent public) mis en place par le CNC.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cinéma

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.