Vidéo Claude Brasseur : la carrière d'un acteur populaire, mort à 84 ans

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Cinéma : disparition de Claude Brasseur à l’âge de 84 ans
France 2
Article rédigé par
M.Berrurier, S.Gorny, V.Gaget, B.Thomas, M.Diawara, J.Cordier - France 2
France Télévisions

C’est un monument du cinéma français qui s’est éteint, mardi 22 décembre. Le comédien a traversé les générations et excellé aussi bien sur le grand écran qu’à la télévision ou au théâtre. 

Un comédien de légende s'en est allé : Claude Brasseur, 84 ans, est décédé mardi 22 décembre à Paris. "J'ai qu'une seule petite ambition. Et ce qui m'apporterait une satisfaction, c'est de faire partie de la nostalgie de demain", déclarait l’acteur en 2011. Son vœu semble avoir été exaucé, tant son souvenir émeut les Français. "Je l’aimais beaucoup. Il a eu des rôles dramatiques où il était excellent, des roses très, très drôles ou il était aussi excellent", se remémore une passante. En 60 ans de carrière, Claude Brasseur a interprété une multitude de personnages. En 1974, c'est Alain Delon qui lui offre son premier grand rôle de cinéma dans Les Seins de glace. En 1978, Claude Sautet lui permet ensuite de donner la réplique à Romy Schneider.   

Un comédien aux nombreux styles

En 1977, Claude Brasseur reçoit le César du meilleur second rôle grâce à une comédie de copains devenue culte, Un éléphant ça trompe énormément. Quatre ans plus tard, il joue le rôle du père de Sophie Marceau dans La Boum, un film qui marquera toute une génération. Brigitte Fossey, sa partenaire dans le film, se souvient de lui comme "un homme d’une grande pudeur, une grande délicatesse et d’une grande élégance" avec "un humour fou, et derrière ça un cœur immense".

Au fil des ans, le comédien a su adopter tous les styles, au cinéma en tant que campeur ronchon (Camping, 2006) ou au théâtre avec son fils, Alexandre (Mon père avait raison, 2007). Amoureuse du cinéma depuis sept générations, la dynastie d'acteurs des Brasseur n’est pas près de s’éteindre. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.