"Votre politique est violente" : le producteur de "120 battements par minute" refuse l’invitation à dîner à l'Elysée

Dans un tweet publié mercredi, Hugues Charbonneau ne mâche pas ses mots à l'encontre de la politique du gouvernement. 

L\'affiche du film \"120 battements par minute\", choisi mardi 19 septembre par le CNC pour représenter la France à la prochaine cérémonie des Oscars.
L'affiche du film "120 battements par minute", choisi mardi 19 septembre par le CNC pour représenter la France à la prochaine cérémonie des Oscars. (LES FILMS DE PIERRE)

"Merci pour votre invitation à dîner à l'Elysée" mais "je ne viendrai pas". Sa chaise restera vide. Le producteur de 120 Battements par minute ne se rendra pas à un dîner organisé à l'Elysée, jeudi 26 avril, en l'honneur des acteurs du cinéma. Hugues Charbonneau justifie son choix dans un message publié mercredi 25 avril sur Twitter.

Le producteur souhaite ainsi montrer son opposition à l'adoption de la loi (très) controversée sur l'asile et l'immigration. "Comment se réjouir après l'abjecte loi votée dimanche par votre majorité ? s'interroge le grand vainqueur de la dernière cérémonie des César. Votre politique est violente, vous faites ce que le vieux monde sait faire de mieux : stigmatiser et exclure. Sans moi."

120 Battements par minute, film des "années sida", retrace la lutte de l'association Act-Up Paris au tournant des années 1980 et 1990 : le combat contre l'indifférence, les laboratoires, les pouvoirs publics et bien entendu contre le VIH. Act-Up Paris s'est toujours élevé contre les expulsions d'étrangers, notamment vers des pays où les porteurs du VIH ne pourront pas se soigner. Récemment, Act-Up Paris a dénoncé le projet de loi "mortifère et criminel" du gouvernement, pointant un texte "favorisant la précarité" et entraînant "les contaminations" au VIH.