Ruban blanc, campagne pour aider les victimes… Comment #MeToo entre en scène à la cérémonie des César

Le cinéma français n'échappera pas au mouvement de libération de la parole des femmes. A l'occasion de la 43e cérémonie des César, vendredi, les participants devraient arborer un ruban blanc en soutien aux femmes victimes de violences sexuelles. 

L\'actrice française Oulaya Amamra pose après avoir été sacrée meilleur espoir féminin, lors de la cérémonie des César, le 24 février 2017. 
L'actrice française Oulaya Amamra pose après avoir été sacrée meilleur espoir féminin, lors de la cérémonie des César, le 24 février 2017.  (THOMAS SAMSON / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Il y aura bien sûr les traditionnelles statuettes, mais aussi des rubans blancs. Vendredi 2 mars, le cinéma va célébrer, lors de la cérémonie des César, les films et acteurs de l'année. Avec 13 nominations chacun, les favoris sont 120 battements par minute, sur le combat de l'association Act Up, et Au revoir là-haut d'Albert Dupontel, adaptation du prix Goncourt 2013 sur le destin de deux hommes pendant et après la Première Guerre mondiale.

Mais, cette année, la 43e cérémonie des César aura une saveur particulière, cinq mois après l'affaire Weinstein et le mouvement #MeToo. Le cinéma français entend donc bien afficher sa mobilisation contre les violences sexistes et sexuelles faites aux femmes. Franceinfo vous explique comment. 

Une campagne, une tribune et un site internet

Dans un appel publié mercredi dans Libération, plusieurs comédiennes françaises, dont Vanessa Paradis, la maîtresse de cérémonie, ont lancé la campagne #MaintenantOnAgit. Sur le modèle du mouvement Time's up à Hollywood, elle doit financer des actions associatives en faveur des femmes. "Les femmes victimes de violences méritent que les associations qui les accompagnent aient les moyens de le faire dignement", écrivent-elles.

"Ça fait longtemps qu'on aurait dû [agir]. Il a fallu cet épisode monstrueux à Hollywood pour qu'enfin tout le monde prenne conscience" de la situation, a estimé jeudi Alain Terzian, le président de l'Académie des César.

Parallèlement, dans une tribune publiée dans Le Monde, un collectif de professionnels du 7e art, dont Agnès Jaoui et Juliette Binoche, demande jeudi la création de quotas dans le financement du cinéma pour arriver à la parité. Une idée accueillie favorablement par la ministre de la Culture, Françoise Nyssen.

Un autre collectif, composé de 300 personnalités du cinéma français, dont les actrices Léa Seydoux et Adèle Haenel, vient par ailleurs de lancer un site internet pour agir en faveur de la parité dans le 7e art, 50-50 pour 2020. Il publie une étude montrant que sur les 42 éditions des César à ce jour, 81% des nommés, toutes catégories confondues, étaient des hommes. Sur les nommés aux César de la meilleure réalisation, on trouve seulement 10% de femmes, dont une seule a été récompensée, Tonie Marshall, en 2000, pour Vénus Beauté (Institut).

Un ruban blanc en soutien aux victimes

En soutien à la campagne #MaintenantOnAgit, le gratin du cinéma, réuni salle Pleyel à Paris, est invité à arborer un ruban blanc. "C'est très, très bien que les femmes se soient un peu mises ensemble pour dire stop", a expliqué à l'AFP l'actrice Sophie Marceau, de retour derrière la caméra avec Mrs Mills, une voisine si parfaite.

"Porter un ruban blanc, ce serait notre façon à nous, aux Françaises, aux Français d'exprimer notre solidarité", a renchéri l'actrice Julie Gayet, qui a produit Grave de Julia Ducournau, seule finaliste dans la catégorie de la meilleure réalisation, aux côtés de sept hommes.

Cette initiative a été proposée par la réalisatrice Tonie Marshall en collaboration avec la Fondation des femmes, qui lutte contre les violences faites aux femmes, a précisé le producteur Alain Terzian, lors d'une conférence de presse.  

Un maître de cérémonie qui promet d'en parler

Il a annoncé la couleur dès la bande-annonce de la cérémonie, inspirée du clip Basique d'Orelsan. "Une actrice qui passe des essais n'est pas obligée de se désaper. Simple. Les producteurs de ciné ne sont pas tous des porcs hashtagués. Basique", clame l'humoriste Manu Payet, maître de cérémonie aux côtés de Vanessa Paradis. 

Invité de "Quotidien" le 23 février, Manu Payet a affirmé qu'il porterait lui aussi le ruban blanc. Le comédien a également promis de parler du mouvement de libération de la parole des femmes. "A mon sens, il est absolument hors de question de passer à côté et de faire comme si ça ne s'était pas passé cette année", assure-t-il. "Les César sont aussi une tribune. Je ne me sens pas obligé de le faire, il faut que l'on en parle bien sûr", poursuit-il, expliquant que ce mouvement "n'est même plus un fait d'actualité" mais "un fait de société"