Triomphes de "120 battements par minute" et "Au revoir là-haut", ruban blanc, hommage à Jeanne Moreau... Ce qu'il faut retenir des César 2018

Les films de Robin Campillo et d'Albert Dupontel, grands favoris de cette cérémonie, ont respectivement décroché six et cinq prix, vendredi soir. 

Vanessa Paradis, lors de la 43e cérémonie des César, le 2 mars 2018 à Paris. 
Vanessa Paradis, lors de la 43e cérémonie des César, le 2 mars 2018 à Paris.  (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

Le contexte était particulier pour la 43e cérémonie des César. Cinq mois après l'affaire Weinstein, la soirée, animée par l'acteur et humoriste Manu Payet, a été dominée par la mobilisation contre les violences faites aux femmes. Elle a également été dédiée à Jeanne Moreau, disparue l'été dernier, et à la comédienne espagnole Penelope Cruz, pour l'ensemble de sa carrière. 

Au revoir là-haut et 120 battements par minute, grands favoris de ces César 2018 avec 13 nominations chacun, ont été, sans surprise, consacrés avec respectivement cinq et six prix. Franceinfo revient sur les temps forts de cette cérémonie emblématique du cinéma français.

>> Retrouvez l'intégralité du palmarès des César 2018 sur Culturebox

Jeanne Moreau honorée

La soirée des César 2018, présidée par l'actrice et chanteuse Vanessa Paradis, a été dédiée à Jeanne Moreau, icône de la culture française morte à l'âge de 89 ans, le 31 juillet dernier. Vanessa Paradis a lancé cette 43e cérémonie à travers une rétrospective de scènes cultes de Jeanne Moreau, dans des films tels que La mariée était en noir, Jules et Jim, Les Amants ou encore Le Marin de Gibraltar

Cet hommage en images s'est terminé sur un extrait de l'inoubliable interprétation de la chanson Le Tourbillon de la vie par Jeanne Moreau et Vanessa Paradis, lors du Festival de Cannes en 1995. Très émue, cette dernière a salué la "grâce" et la "force si impressionnante" de la comédienne. 

Triomphes pour "120 battements par minute" et "Au revoir là-haut"

120 battements par minute, la grande fresque de Robin Campillo sur la lutte contre le sida au début des années 1990, à travers le combat de l'association Act Up, a reçu au total six récompenses. Nahuel Pérez Biscayart a décroché le prix du meilleur espoir masculin et Antoine Reinartz le César du meilleur second rôle. Le long-métrage a également remporté le César du meilleur montage, du scénario original, de la meilleure musique originale et, enfin, du meilleur film.

"Au commencement d'Act Up, il y avait la colère et c'est cette colère que vous célébrez ce soir", a salué Marie-Ange Luciani, productrice du film. Robin Campillo avait, plus tôt dans la soirée, donné un discours très engagé sur la scène de la salle Pleyel. 

Au revoir là-haut d'Albert Dupontel, l'adaptation du prix Goncourt 2013 sur le destin de deux hommes pendant et après la première guerre mondiale, a quant à lui décroché les César de la meilleure photo, de la meilleure adaptation, des meilleurs costumes et décors, et de la meilleure réalisation. 

Swann Arlaud et Jeanne Balibar salués

Le comédien Swann Arlaud, 37 ans, a reçu le prix du meilleur acteur pour son rôle d'éleveur angoissé dans le premier film d'Hubert Charuel, Petit Paysan. L'actrice Jeanne Balibar a quant à elle été consacrée pour son interprétation dans Barbarale vrai-faux biopic de Mathieu Amalric sur la chanteuse. A 49 ans, elle a reçu le César de la meilleure actrice vendredi soir. 

Un ruban blanc contre les violences faites aux femmes

Les mouvements #MeToo et #BalanceTonPorc ont résonné tout au long de cette 43e soirée des César, à laquelle Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes, a participé. Mercredi, une centaine d'actrices ont lancé un appel aux dons en faveur d'associations accompagnant juridiquement les victimes de violences sexistes ou sexuelles. Baptisée #MaintenantOnAgit, cette campagne a été visible à travers un ruban blanc vendredi soir, porté par bon nombre de participants aux César 2018.

Sur scène, la présidente de la cérémonie, Vanessa Paradis, a expliqué porter ce ruban blanc "en soutien à la lutte dédiée contre les violences faites aux femmes". Manu Payet, le maître de cérémonie, n'a pas manqué d'évoquer le sujet à plusieurs reprises. "Je trouve ça formidable que (...) les hommes entendent qu'il y a des comportements à bannir et qu'on comprenne enfin qu'il n'y a jamais de non qui veuille dire oui", a-t-il déclaré. 

"Le meilleur espoir féminin, c'est la même chose que le meilleur espoir masculin, mais avec 30% de salaire en moins", a également blagué l'humoriste au cours de la soirée.

Un premier prix du public pour Dany Boon, le César d'honneur pour Penelope Cruz

Un nouveau prix a fait son apparition lors de cette cérémonie. Le César du public, qui récompense le film ayant fait le plus d'entrées en salle, a été attribué au comédien et réalisateur Dany Boon, pour Raid Dingue. "Je ne m'y attendais pas", a-t-il plaisanté. "Je ne vous remercie pas, vous... mais je vous aime quand même", a-t-il lancé en forme de boutade aux professionnels dans la salle. Les César sont, en effet, souvent critiqués pour ne pas assez représenter les goûts des spectateurs.

La cérémonie a également été marquée par la remise d'un César d'honneur à l'actrice espagnole Penelope Cruz, honorée pour sa carrière entre l'Europe et Hollywood. Le réalisateur Pedro Almodovar, qui lui a remis ce prix avec Marion Cotillard, a salué "une femme très importante dans [sa] vie".

"Ce soir, j'ai très envie de remercier la vie. Même dans mes rêves les plus fous, je n'aurais jamais imaginé recevoir (...) ici à Paris, un César d'honneur", a déclaré Penelope Cruz, très émue. "La France a toujours généreuse avec moi", a-t-elle poursuivi. "Vous m'avez fait sentir chez moi dans votre cinéma."