Cet article date de plus de huit ans.

Bertrand Tavernier va être jugé pour outrage contre le juge Burgaud

Le cinéaste Bertrand Tavernier sera jugé en correctionnelle pour outrage à magistrat, à la suite de propos tenus à la télévision contre le juge Fabrice Burgaud, qui avait instruit l'affaire d'Outreau, dans le Pas-de-Calais, en 2004.
Article rédigé par
franceinfo Culture (avec AFP) - franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Bertrand Tavernier le 24 septembre 2013 au festival de San Sebastian (Espagne)
 (Rafa Rivas / AFP)
Le célèbre réalisateur est poursuivi par le parquet, ont indiqué vendredi soir les avocats des parties. Le juge Burgaud sera partie civile, a précisé son avocat, Me Patrick Maisonneuve.

Le 10 avril 2013, dans l'émission "C à vous" sur France 5, Bertrand Tavernier avait notamment déclaré : "C'est quelqu'un que vous avez envie d'exécuter, le juge d'Outreau." Il avait aussi accusé le juge d'avoir "cassé des vies" et "détruit des gens". L'instruction menée par Fabrice Burgaud, alors trentenaire, est très controversée et décriée.
Le juge Fabrice Burgaud avait initialement déposé plainte pour "provocation au crime", pour les propos tenus par le réalisateur. Dans cette émission, Bertrand Tavernier évoquait alors le film "Présumé coupable" (réalisation Vincent Garenq, 2011), dans lequel l'huissier Alain Marécaux, l'un des acquittés de l'affaire d'Outreau, est incarné par Philippe Torreton, connu pour être un acteur engagé.
Par la suite, le juge Fabrice Burgaud avait témoigné dans un documentaire lui aussi controversé, intitulé "Outreau l'autre vérité" (réalisation Sereg Garde), sorti au cinéma début mars 2013. Il y défendait son travail.
Le dossier de pédophilie d'Outreau avait éclaté en février 2001 et avait abouti à un fiasco judiciaire retentissant, après deux procès aux assises en 2004 et 2005. Treize des dix-sept accusés ont été acquittés, après parfois trois ans de détention provisoire.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cinéma

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.