Au ciné cette semaine : fantastique, maléfique, romantique... Des films qui content

Entre "Blanche Neige" version kitsch, les vampires et autres rêveries de "Twixt", et les pouvoirs magiques du mariage sur les invités, plusieurs sorties du 11 avril se placent sous le signe de la fable. 

Julia Roberts en belle-mère revêche, dans \"Blanche Neige\".
Julia Roberts en belle-mère revêche, dans "Blanche Neige". ( METROPOLITAN FILMEXPORT)

Il était une fois des sorties ciné très versées dans le conte, plus ou moins moderne. Evidemment, Blanche Neige joue les petites reines des films de la semaine du 11 avril. Mais la fable se réinterprète aussi version maléfique avec Twixt de Coppola, version hypercontemporaine avec un Plan de table, où le mariage sert de prétexte aux rencontres, version road trip en bus pour une équipe d'animateurs de radio en pénitence... Et aussi un documentaire qui prend le temps de vivre aux côtés de trois victimes d'accident vasculaire cérébral. 

 • Si vous avez toujours une âme d'enfant

Blanche Neige, de Tarsem Singh, avec Lily Collins, Julia Roberts, Armie Hammer...

"Miroir, mon beau miroir, dis-moi qui est la plus belle." Pas la peine de vous rappeler l'histoire de Blanche Neige, de la reine, du prince et des sept nains. En voici une version décoiffante réalisée par l'Indien Tarsem Singh (Les Immortels, The Cell) et emmenée par une Julia Roberts en affreuse belle-mère des plus acrimonieuses sous la couronne et la collerette. Une interprétation kitsch à souhait, loin de la prochaine livraison ciné du conte, Blanche Neige et le chasseur, signée cette fois Rupert Sanders, et qui promet d'être moins "froufroutante".


• Si vous ne pouvez pas vous endormir sans la radio

Radiostars, de Romain Levy, avec Clovis Cornillac, Manu Payet, Douglas Attal...

Comique raté à New York, Ben (Douglas Attal) revient à Paris et rejoint une bande d'animateurs radio pour qui il devient auteur de vannes. Une amorce de trame inspirée de l'expérience personnelle du réalisateur, Romain Levy. Mais le "morning", star de la station, affiche des audiences en chute libre. Pour remettre l'émission sur les rails, le présentateur vedette et ses acolytes sont envoyés sillonner le pays en bus, façon Tour de France des places de villages avec impros à la guitare dans le car, hôtels bas de gamme, spécialités locales et rencontres d'un soir... Un hymne aux stars de la radio qui prouve que la vidéo ne les a pas toutes tuées !  

• Si vous n'avez rien contre les vampires, les fantômes, les tueurs en série...

Twixt, de Francis Ford Coppola, avec Val Kilmer, Elle Fanning, Bruce Dern...

Il était une fois une ville hantée, un tueur en série, des petites vampires, des vieux shérifs, des rêves blancs dans des nappes de brouillard... Pour son nouveau film, Francis Ford Coppola mélange sans complexe un cocktail d'ingrédients hétéroclites dans un conte aux allures de cauchemar. Un écrivain sur le déclin, bouffi d'alcool (Val Kilmer, au gabarit impressionnant), se retrouve dans un bled paumé du fin fond des Etats-Unis pour signer quelques exemplaires de son dernier livre. Entraîné par un shérif à stetson sur la piste d'un tueur de jeune fille, il n'est pas prêt d'en repartir. D'autant qu'il découvre petit à petit qu'il fait lui-même partie de l'énigme...

• Si votre truc, c'est draguer lors des mariages

Plan de table, de Christelle Raynal, avec Audrey Lamy, Franck Dubosc, Elsa Zylberstein... 

Grand classique des scénarios : faire d'un mariage un vaste terrain de rencontres pour célibataires endurcis, et pas que... C'est donc autour d'un plan de table bouleversé par les ébats de la mariée que se noue l'intrigue de cette comédie française. Entre un galeriste pas fin fin, un photographe de stars inconnu au bataillon, une sœur de la mariée qui multiplie les mauvais plans mecs, une épouse en béate admiration pour son goujat de mari chirurgien... Plan de table repose sur une galerie de portraits. A qui sera le plus à la noce. 

• Si vous appréciez les documentaires au plus près de leurs sujets

Je suis, d'Emmanuel Finkiel 

Troisième cause de mortalité en France, l'accident vasculaire cérébral (AVC) touche 130 000 nouveaux patients chaque année. Mais loin des chiffres, Emmanuel Finkiel nous emmène à la rencontre de trois victimes d'AVC qui tentent de recouvrer paroles, gestes, mémoire... dans un centre de rééducation. Le documentaire choisit de vivre plusieurs mois aux côtés des patients, mais aussi de leur entourage et des équipes de soignants. Plusieurs mois durant lesquels le spectateur assiste aux efforts, aux luttes, au chemin à parcourir, mais aussi aux progrès, et aux petits et grands mieux qui rythment ces combats.