Depuis le début de l\'affaire Weinstein, révélée le 5 octobre 2017, de nombreux hommes de pouvoir ont été accusés d\'agression ou de harcèlement sexuel.
Depuis le début de l'affaire Weinstein, révélée le 5 octobre 2017, de nombreux hommes de pouvoir ont été accusés d'agression ou de harcèlement sexuel. (BAPTISTE BOYER)

D'Hollywood à l'Assemblée nationale... Depuis l'affaire Weinstein, à chaque jour son scandale sexuel

"Comment sortir de la pièce le plus vite possible sans froisser Harvey Weinstein ?" L’actrice Ashley Judd est la première à être citée dans l’article du New York Times, publié le 5 octobre 2017. Le quotidien américain déclenche un véritable séisme ce jour-là. Il révèle un secret de polichinelle à Hollywood : le célèbre producteur a acheté, pendant des années, le silence d’actrices harcelées sexuellement. Le New Yorker enfonce le clou quelques jours plus tard, le 10 octobre, avec trois accusations de viol, dont l’une est portée par l’actrice Asia Argento.

Passée la déflagration, l’onde de choc se propage. La liste des femmes qui accusent le magnat s’allonge de façon vertigineuse, au-delà des frontières américaines. A ce jour, Harvey Weinstein est visé par plus d'une centaine de plaintes. Surtout, le roi du cinéma a entraîné dans sa chute d’autres hommes, figures du monde artistique, médiatique ou politique. Avec les hashtags #metoo et #balancetonporc, des millions de femmes prennent la parole sur les réseaux sociaux. Au 1er décembre, plus de 3,5 millions de messages avaient été postés sur Twitter avec ces mots-clés. La boîte de Pandore est ouverte et les répliques de l’affaire Weinstein atteignent l’Europe et le reste du monde. "Cette affaire fait partie des moments d’histoire, avec un grand H, où d’un coup se condense une colère, ce que j’appelle même une révolte", estime la philosophe féministe Geneviève Fraisse.

Pour illustrer cette onde de choc, nous avons tenté de lister les hommes mis en cause publiquement depuis deux mois pour harcèlement, agression sexuelle ou viol. Nous avons écarté les cas où les accusations sont restées anonymes : dans le secteur de l’hôpital en France, par exemple, ou au sein de l’Académie du prix Nobel de littérature en Suède. Ce tour d’horizon des affaires médiatiques se limite aux Etats-Unis et à l’Europe et n'est donc pas exhaustif. Il met néanmoins en lumière un véritable effet domino. Qui commence dès le lendemain de la parution de l'enquête du New York Times.

Gilbert Rozon.
Gilbert Rozon. (FRANCE 3)

6 octobre : Andy Signore, vidéaste en ligne. Sur les réseaux sociaux, au moins cinq jeunes femmes accusent le créateur des "Honest Trailers", des vidéos très populaires sur YouTube, de harcèlement et d’agression sexuelle. Remercié par le groupe Defy Media, le vidéaste de 38 ans nie formellement les faits.

6 octobre : Michael Hafford, chroniqueur indépendant. Trois femmes témoignent sur Twitter, photos à l’appui, des violences qu’elles ont subies de la part d'un Américain. Son nom est révélé par les médias : Michael Hafford, auteur, notamment, d’une chronique humoristique sur l’homme féministe...

7 octobre : Roy Price, patron d'Amazon Studios. Isa Hackett, productrice de la série The Man in the High Castle, diffusée sur la plateforme de vidéo à la demande d'Amazon, affirme au Hollywood Reporter avoir reçu à plusieurs reprises, lors d'une soirée en juillet 2015, des avances de la part de Roy Price. Elle lui reproche d'avoir évoqué des suggestions obscènes dans un taxi puis d’avoir persisté au cours de la fête. Le quinquagénaire est mis "en congé avec effet immédiat", sans faire de commentaire sur ces accusations.

10 octobre : Adam Venit, agent. Terry Crews, vedette de la série Brooklyn Nine-Nine, raconte sur Twitter avoir été agressé sexuellement par un "haut responsable d’Hollywood". La personne visée se révèle être Adam Venit, un agent qui représente notamment Dustin Hoffman et Brett Ratner. Il est mis en congé de sa société, la WME, pendant trente jours.

12 octobre : Ben Affleck, acteur. Le comédien de 45 ans, d’abord accusé par certaines actrices d'avoir passé sous silence les agissements d’Harvey Weinstein, est visé à son tour. Deux épisodes ressurgissent sur Twitter : en 2001, il avait attrapé un des seins de l'actrice Hilarie Burton lors d’une émission de MTV. Une maquilleuse affirme de son côté qu'il lui a "attrapé les fesses" lors d'une fête à l'occasion des Golden Globes en 2014. "J'ai agi de manière inappropriée envers mademoiselle Burton et je m'excuse sincèrement", réagit Ben Affleck sur Twitter au sujet d’Hilarie Burton, sans faire de commentaire sur l’autre affaire.

12 octobre : Lockhart Steele, directeur éditorial. Une ancienne employée de Vox Media raconte avoir été harcelée sexuellement par un responsable de l'entreprise. Elle ne donne pas de nom mais quelques jours plus tard, le PDG du groupe annonce le licenciement de Lockhart Steele.

13 octobre : Oliver Stone, réalisateur. L'actrice et mannequin Carrie Stevens met en cause le cinéaste de 71 ans sur Twitter : "Quand j'ai entendu parler de Harvey, je me suis souvenu qu'Oliver passait devant moi et attrapait mon bustier alors qu'il sortait par la porte d'entrée d'une fête." C’était en 1991, après la sortie de JFK. Le 27 octobre, l'actrice Melissa Gilbert accuse à son tour Oliver Stone de l'avoir harcelée, la même année, lorsqu'elle a auditionné pour The Doors. Réponse de l’intéressé : "Nous avons auditionné des dizaines d'acteurs (...) et nous avions été clairs sur le fait que notre film allait être torride, cru et rock'n'roll. Tous les candidats savaient que les scènes des auditions étaient répétées en présence de ma directrice de casting, Risa Bramon Garcia, dans un environnement serein pour tous."

15 octobre : Jean Lassalle, député. Une ancienne attachée parlementaire, Julia Castanier, accuse sur Twitter l’élu des Pyrénées-Atlantiques de lui avoir mis une "main aux fesses" il y a huit ans sous les ors de l’Assemblée nationale. Dans la foulée, une journaliste japonaise l'accuse d'avoir tenté de l'embrasser de force dans un ascenseur. Il aurait également proposé à une ancienne élue socialiste de prendre une douche ensemble dans les sanitaires de l'Assemblée. Aucune plainte n’est déposée. "J'ai certainement dû être maladroit", se défend le député de 62 ans, avant de reconnaître avoir "une tendance à embrasser fortement", "une tendance à être tactile". "En huit jours, mon cas est passé d'une main aux fesses à [celui d']un prédateur sexuel", regrette l’ex-candidat à la présidentielle.

16 octobre : Richard Branson, entrepreneur. Le milliardaire britannique de 67 ans, créateur de Virgin Group, est accusé de harcèlement sexuel par la chanteuse Antonia Jenae lors d’une fête organisée en 2010. "Richard n'a aucun souvenir de cette affaire", assure son porte-parole.

17 octobre : Bob Weinstein, producteur. Le frère de Harvey Weinstein, avec qui il a fondé Miramax et Weinstein Company, est accusé à son tour de harcèlement sexuel. La scénariste et productrice Amanda Segel affirme qu’il lui a demandé à plusieurs reprises de le rejoindre pour des dîners, menaçant de la congédier si elle n'acceptait pas d'y aller. L'avocat et les représentants du médiatique sexagénaire ont nié ces allégations.

17 octobre : Chris Savino, scénariste et producteur. Le créateur de la série The Loud House est accusé de harcèlement sexuel par une douzaine de femmes. Ecarté de la chaîne de télévision américaine Nickelodeon, le showrunner de 46 ans dit être "profondément désolé et honteux".

18 octobre : Gilbert Rozon, producteur. Sur Facebook, l'humoriste québécois Guillaume Wagner accuse publiquement le Canadien de 63 ans d'être un "agresseur", après les allégations de neuf femmes qui disent avoir été victimes du fondateur du festival "Juste pour rire". L’une d’entre elles avait porté plainte en décembre 2016. Dans le sillage de ces révélations, l'animatrice et productrice québécoise Julie Snyder porte plainte à son tour pour agression sexuelle. Selon Radio Canada, Gilbert Rozon était déjà visé par une enquête de la police de Montréal pour une affaire qui se serait produite à Paris en 1994. Le producteur démissionne de toutes ses fonctions et est écarté du télé-crochet "La France a un incroyable talent" sur M6. "A toutes celles et ceux que j'ai pu offenser au cours de ma vie, j'en suis sincèrement désolé", plaide-t-il.

Tariq Ramadan.
Tariq Ramadan. (FRANCE 2)

18 octobre : Pierre Joxe, ex-ministre. Sur son blog, l'écrivaine Ariane Fornia, fille de l'ancien ministre Eric Besson, accuse "un ancien ministre de Mitterrand" d'agression sexuelle. Elle révèle à L’Express qu’il s’agit de Pierre Joxe. Les faits se seraient déroulés au printemps 2010, lors d’une représentation à l’Opéra Garnier. L'ex-membre du Conseil constitutionnel se serait livré à des attouchements sexuels sur sa voisine alors âgée de 20 ans. Les faits étant prescrits, aucune plainte n’a été déposée. L’ancien ministre de 82 ans dément les faits, évoquant "un mauvais canular" et pointant des "contradictions" dans le récit d’Ariane Fornia.

19 octobre : Robert Scoble, blogueur et podcasteur. La journaliste américaine Quinn Norton affirme avoir été victime d’attouchements sexuels de la part de celui qu’on surnomme aux Etats-Unis "le gourou de la tech". D’autres témoignages suivent. Robert Scoble, 52 ans, présente des excuses publiques et démissionne de son poste à la tête de sa société Transformation Group.

20 octobre : Gilbert Cuzou, conseiller régional d'Ile-de-France. Le parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire après les plaintes de deux anciennes collaboratrices pour agressions et harcèlement sexuels. L’élu, âgé de 34 ans, dément et est exclu de son groupe politique Alternative écologiste et sociale.

20 octobre : Twiggy Ramirez, musicien. La chanteuse Jessicka Addams accuse Jeordie White, alias Twiggy Ramirez, le bassiste de Marilyn Manson, d'abus sexuels et de viol lorsqu'ils étaient en couple dans les années 1990. Le rockeur renvoie aussitôt son bassiste, qui présente ses excuses.

21 octobre : John Besh, chef cuisinier. Selon une longue enquête du Times Picayune (en anglais), 25 employées accusent le co-fondateur de la chaîne de restaurant Besh de harcèlement sexuel. Mis à pied, il se dit "entièrement responsable de [ses] manquements moraux".

21 octobre : Tariq Ramadan, théologien. Henda Ayari, ancienne salafiste devenue militante féministe et laïque, porte plainte contre l'islamologue suisse pour viol et agressions sexuelles. "J'étais persuadée qu'il me tuerait ce soir-là", raconte-t-elle sur franceinfo. Quelques jours plus tard, une deuxième femme, dont l’identité n’est pas révélée, porte plainte pour viol également. L'affaire se poursuit avec les témoignages de plusieurs femmes recueillies par la Tribune de Genève. Elles disent avoir eu des relations sexuelles avec le professeur de théologie alors qu’elles étaient mineures. Sur Facebook, Tariq Ramadan dénonce une "campagne de calomnie" enclenchée par ses "ennemis de toujours" et annonce une plainte pour dénonciation calomnieuse.

22 octobre : James Toback, réalisateur. Trente-huit femmes interrogées par le Los Angeles Times accusent le cinéaste, auteur de Mélodie pour un tueur, de harcèlement sexuel. Elles racontent que sous prétexte de leur faire passer une audition, il les attirait dans une chambre d’hôtel puis se frottait contre elles ou se masturbait en leur présence. Le réalisateur américain, âgé de 72 ans, assure n'avoir jamais rencontré les femmes citées par le journal, ou alors "pour cinq minutes et [il] n'en [a] aucun souvenir".

23 octobre : Terry Richardson, photographe de mode. Son nom ainsi que les anciennes accusations qui pèsent contre lui ressurgissent sur les réseaux sociaux. Plusieurs mannequins et modèles l’accusent de harcèlement et d’agressions sexuelles. "Pourquoi Terry Richardson demeure-t-il prisé des fashionistas ?" s'interroge le Sunday Times le 22 octobre. Le message du journal britannique semble avoir été entendu. Dans un mail interne obtenu par le Telegraph le lendemain, le puissant groupe de presse Condé Nast (éditeur de Glamour, Vogue ou encore GQ) annonce vouloir se passer des services de l'artiste new-yorkais. Terry Richardson conserve, lui, la même ligne de défense. "C'est un artiste connu pour son travail explicitement sexuel. Plusieurs de ses interactions avec ses modèles étaient sexuelles, mais ils ont tous consenti à participer", fait valoir son agent.

24 octobre : Leon Wieseltier, journaliste. Le New York Times révèle que cet ancien rédacteur en chef du magazine américain The New Republic est accusé de harcèlement sexuel par plusieurs femmes. "Pour mes offenses contre certains de mes collègues dans le passé, je présente des excuses et demande leur pardon", commente l’intéressé.

25 octobre : Knight Landesman, éditeur. Au moins neuf femmes accusent l’éditeur du magazine d’art Artforum de harcèlement sexuel dans le New York Times. "Je reconnais pleinement que j'ai dépassé certaines limites et je travaille dur pour y remédier", déclare-t-il après avoir démissionné.

25 octobre : George H. W. Bush, ancien président. L’actrice Heather Lind, 34 ans, accuse l’ex-locataire de la Maison Blanche de l’avoir "agressée sexuellement" en la "touchant par derrière" lors de la promotion d'une série télévisée en 2013. Cinq autres femmes accusent George Bush de gestes inappropriés. Parmi elles : Roslyn Corrigan, une trentenaire qui affirme que l'ancien président lui a "pincé les fesses" lors d'une rencontre d'agents de la CIA au nord de Houston. Elle avait alors 16 ans. Dans un communiqué, un porte-parole du 41e président des Etats-Unis invoque "une tentative d'humour" s’agissant d’Heather Lind. Et justifie ces gestes par le fait que George H. W. Bush, 93 ans, soit en fauteuil roulant, "de sorte que son bras tombe sur la taille inférieure des gens avec qui il prend des photos".

Kevin Spacey.
Kevin Spacey. (ABC NEWS)

26 octobre : Morgan Simon, attaché parlementaire. Il était devenu la star surprise du 7 mai. Alors qu'Emmanuel Macron chantait La Marseillaise devant la pyramide du Louvre, Morgan Simon s'était posté derrière le président fraîchement élu coiffé d'une casquette. Ce militant d'En marche ! est ensuite devenu assistant de la députée de Loire-Atlantique, Valérie Oppelt. Il est aujourd'hui visé par une plainte pour "agression sexuelle" sur une militante.

26 octobre : Ken Baker, journaliste. Le site The Wrap révèle que cette figure de l’émission de télévision américaine "E! News" est accusé de harcèlement sexuel par deux femmes. Mis en retrait de l’antenne le temps des investigations, il se dit "très perturbé par ces allégations anonymes".

26 octobre : Mark Halperin, journaliste. Sur CNN, cinq femmes accusent ce journaliste politique de NBC et MSNBC de harcèlement sexuel. D’autres témoignages suivent. Démis de ses fonctions, il se dit "profondément désolé".

26 octobre : Rick Najera, acteur, scénariste et producteur. Il dirigeait depuis 13 ans le casting "diversité" d’humoristes et d’acteurs pour la chaîne américaine CBS. Variety révèle que Rick Najera est accusé de harcèlement sexuel par plusieurs artistes et interprètes. Il démissionne dans la foulée.

26 octobre : Christophe Arend, député. Après avoir travaillé comme directrice de campagne puis assistante parlementaire du député LREM de Moselle Christophe Arend, une jeune femme porte plainte contre ce dernier pour "harcèlement sexuel" et "agression sexuelle". Franceinfo.fr révèle l’affaire le 26 octobre. Elle évoque des commentaires déplacés, un doigt dans la bouche, des seins pincés… C’est l’embarras chez LREM. La plupart des responsables du parti d’Emmanuel Macron appellent à "respecter la présomption d'innocence", tout en promettant "une sanction exemplaire" si les faits sont avérés. De son côté, le député affirme avoir "porté plainte pour dénonciation calomnieuse" et assure : "Je n'ai aucune chose à me reprocher." Le parquet de Sarreguemines classe finalement la plainte sans suite le 29 novembre.

28 octobre : Mark Garnier, ministre. L’ancienne assistante parlementaire de cet élu conservateur britannique, favorable au Brexit, révèle qu'en 2010, il a évoqué en public ses "sugar tits" (expression graveleuse au sujet de ses seins) et lui a confié de l'argent pour qu'elle se rende dans un sex-shop. Ce sous-secrétaire d'Etat parlementaire au Commerce international du Royaume-Uni n’a pas démenti mais a expliqué que l'achat de sex-toys s’était fait "dans la bonne humeur".

28 octobre : Stephen Crabb, ex-ministre. Cet élu conservateur britannique est accusé d’avoir envoyé des messages "explicites" à une jeune femme de 19 ans qui avait candidaté pour un poste en 2013. Il avait dû quitter le gouvernement en juillet 2016 après des accusations similaires.

29 octobre : Kevin Spacey, acteur. Le comédien Anthony Rapp raconte avoir été victime d'avances sexuelles appuyées de la part de Kevin Spacey en 1986, alors qu’il était âgé de 14 ans. Le héros oscarisé de House of Cards s'excuse rapidement et révèle dans le même temps son homosexualité, suscitant de multiples critiques : l’acteur de American Beauty et Usual Suspects est accusé de faire diversion. Il est surtout visé par de nouveaux témoignages. Une quinzaine d’hommes l’accusent de harcèlement et agressions sexuelles. La star de 58 ans est suspendue d’House of Cards et coupée au montage du dernier film de Ridley Scott, Tout l'argent du monde. Du jamais-vu dans l’histoire d’Hollywood. L’Academy of Television Arts and Sciences, qui décerne chaque année les Emmy Awards, lui retire même sa statuette.

29 octobre : Tyler Grasham, agent. Le Hollywood Reporter rapporte que cet agent d'acteurs est en congé de l'agence APA dans le cadre d'une enquête interne, à la suite d'accusations d'agressions sexuelles sur de jeunes acteurs.

30 octobre : Hamilton Fish, journaliste. Le directeur de la publication du magazine américain The New Republic fait face au témoignage de plusieurs employées sur son comportement inapproprié. Il s’est mis en retrait le temps de l’enquête.

31 octobre : Kirt Webster, producteur musical. Un ancien aspirant chanteur de country accuse ce producteur américain de Nashville d’agression sexuelle. Suivent le témoignage d’une dizaine d’ex-employés. Il est mis à pied.

31 octobre : Andy Dick, acteur, producteur et réalisateur. Au moins deux personnes accusent le comédien américain de 51 ans d’attouchements sexuels. Il est écarté du film Raising Buchanan. "J'ai peut-être embrassé quelqu'un sur la joue pour dire au revoir et ensuite je l’ai léché, c’est mon truc", se défend-il.

Ed Westwick.
Ed Westwick. (ACCESS HOLLYWOOD)

31 octobre : Michael Oreskes, journaliste. Ce directeur éditorial de la radio NPR, ex-plume du New York Times, est accusé de harcèlement sexuel par trois anciennes collègues. Il est écarté sine die. "Je suis profondément désolé pour les gens que j'ai blessés. Mon comportement était mauvais et inexcusable, et j'en accepte la pleine responsabilité", dit-il.

31 octobre : Eric Monier, journaliste. Anne Saurat-Dubois, ancienne journaliste de France 2, annonce avoir porté plainte pour "harcèlement sexuel et moral" contre l'ancien directeur de la rédaction de la chaîne, actuellement en poste à LCI. Le groupe TF1 affirme qu’il "tirera toutes les conséquences (...) si les faits reprochés sont avérés". Le syndicat des journalistes SNJ porte plainte également et le parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire. De son côté, Eric Monier dépose une plainte pour dénonciation calomnieuse.

1er novembre : Jeff Hoover, homme politique. Le Courier Journal révèle que le leader de la majorité républicaine à la Chambre des représentants dans le Kentucky (Etats-Unis) a conclu un accord confidentiel avec une femme qui l’accusait de harcèlement sexuel. Il démissionne de son poste mais pas de son mandat. "Je me livrais à des plaisanteries qui étaient consensuelles, mais ne vous méprenez pas, c'était mal de ma part de le faire", se justifie-t-il.

1er novembre : Brett Ratner, réalisateur et producteur. Six femmes, dont les actrices Olivia Munn et Natasha Henstridge, accusent Brett Ratner de harcèlement, d'agression sexuelle et de viol. Il est notamment question de fellation forcée, d’exhibitionnisme et de masturbation. En outre, Ellen Page accuse le cinéaste de l'avoir humiliée sur le tournage de X-Men : L'Affrontement final en faisait allusion à son homosexualité. À la suite de ces allégations, démenties par le réalisateur de 48 ans, l'actrice Gal Gadot fait savoir qu’elle ne souhaite pas tourner la suite de Wonder Woman si Brett Ratner reste lié au projet. Il en est finalement évincé. Brett Ratner est aussi écarté de l'adaptation du best-seller Le Chardonneret de Donna Tartt.

1er novembre : Jérémy Piven, acteur. L'actrice Ariane Bellamar accuse l’acteur de la série Entourage de l'avoir agressée sexuellement sur le plateau de la série ainsi qu'au Manoir Playboy, en Californie. Il nie ces allégations. CBS décide de mettre fin à la série Wisdom of the Crowd, dans laquelle il joue le rôle principal.

1er novembre : Michael Fallon, ministre. Une journaliste accuse le ministre de la Défense britannique d'avoir posé la main sur son genou au cours d'un dîner en 2012. Il démissionne et déclare à la BBC que son comportement dans le passé n'a "peut-être pas été à la hauteur".

1er novembre : Dustin Hoffman, acteur. L'écrivaine Anna Graham Hunter raconte avoir été harcelée sexuellement par Dustin Hoffman quand elle avait 17 ans, sur le tournage du film Mort d'un commis voyageur, en 1985. "Cela ne correspond pas à ce que je suis", répond l’acteur, âgé de 80 ans.

3 novembre : David Guillod, producteur. L’actrice Jessica Barth accuse le producteur du film Atomic Blonde de l’avoir droguée et agressée sexuellement en 2012. Trois autres actrices l’accusent de viol dans des circonstances similaires. Il nie tout rapport sexuel non consenti mais démissionne de l’agence Primary Wave Entertainment.

4 novembre : Danny Masterson, acteur. Une pétition demande au géant du streaming Netflix d'abandonner la diffusion de la série The Ranch. En cause, les accusations de viol visant Danny Masterson, son acteur principal. Quatre femmes sont concernées. Netflix assure être "au courant de ces allégations" : "Nous réagirons s'il y a des suites."

4 novembre : Giuseppe Tornatore, réalisateur. L'ancienne starlette de la télévision italienne Miriana Trevisan, âgée aujourd'hui de 44 ans, raconte que le célèbre réalisateur de Cinema Paradisio l’a agressée sexuellement il y a vingt ans. "J'ai réussi à m'échapper", explique-t-elle, estimant que le réalisateur "ne se souvient probablement pas" de ce qui s'est passé. Giuseppe Tornatore, 61 ans, a en effet déclaré au quotidien La Repubblica qu'il ne se rappelait pas cette scène : "Je n'ai pas posé un doigt sur elle."

6 novembre : Ed Westwick, acteur. La comédienne Kristina Cohen dit avoir été violée il y a trois ans par le bad boy de la série Gossip Girl lors d'une soirée à son domicile. "Je lui ai dit d'arrêter, mais il était fort", écrit-elle. "Je ne connais pas cette femme, Je n'ai jamais contraint aucune femme d'aucune manière. Je n'ai jamais commis de viol", répond Ed Westwick. Deux jours plus tard, une ancienne actrice l’accuse elle aussi de viol. L’acteur dément de nouveau. La BBC suspend la diffusion de la série Ordeal By Innocence, dans laquelle il tient un rôle important, et met fin à ses apparitions dans la série White Gold.

8 novembre : Steven Seagal, acteur. L'actrice australienne Portia De Rossi, compagne de l’animatrice Ellen DeGeneres, accuse l'acteur américain de harcèlement sexuel. Elle n’est pas la première à porter de telles accusations contre la star de films d'action, aujourd’hui âgée de 65 ans. Julianna Margulies, connue pour ses rôles dans Urgences et The Good Wife, a révélé un peu plus tôt avoir été harcelée par Steven Seagal, il y a près de 30 ans, à New York. L’homme a été assigné en justice par deux fois pour des accusations similaires, en 2001 et 2010. Dans la première affaire, le jury n'a pas condamné l'acteur et dans la seconde, la victime présumée s'est désistée. Steven Seagal n’a pas commenté ces nouvelles accusations.

8 novembre : Benjamin Genocchio, figure du milieu de l'art. Cet Australien est évincé de son poste de directeur du Armory Show, après que cinq femmes, toutes des anciennes collègues, l’accusent d’attouchements au cours d’entretiens avec le New York Times. Au total, huit femmes affirment également que Benjamin Genocchio a eu des propos déplacés à leur égard, tous à connotation sexuelle. "Dans la mesure où mon comportement a été perçu comme irrespectueux, je m'excuse sincèrement et m'assurerai que cela ne se reproduise plus", répond ce dernier.

8 novembre : Jeffrey Tambor, acteur. Le comédien, star de la série Transparent produite par Amazon, est accusé de harcèlement sexuel et de gestes déplacés à l’égard de son ancienne assistante et de l’une de ses partenaires à l’écran. Après l’ouverture d’une enquête au sein d’Amazon Studios, révélée par le site Deadline, Jeffrey Tambor quitte son rôle d’héroïne transgenre. "J'ai déjà exprimé clairement mon profond regret si mes actions étaient mal interprétées par quiconque comme étant agressives, mais l'idée que je harcèlerais délibérément quelqu'un est simplement et complètement fausse", clame l’acteur américain.

Louis C.K.
Louis C.K. (MSNBC)

9 novembre : Louis C.K., comédien. Cinq femmes accusent la star américaine du stand-up de "comportement sexuel déplacé" et d'exhibitionnisme. Trois de ses accusatrices affirment que Louis C.K. s'est masturbé devant elles. Après ces révélations, le comique annonce faire une pause dans sa carrière. "Ces histoires sont vraies. (...) Sur le moment, je me suis dit que je ne faisais rien de mal puisque je ne montrais jamais ma bite sans demander d'abord", explique-t-il dans un long communiqué en forme d'acte de contrition envoyé aux médias américains. L’avant-première du film I Love You, Daddy, réalisé et interprété par l'acteur, est annulée. Netflix et la société FX productions mettent fin à leur collaboration avec l’humoriste et son agent l’abandonne.

9 novembre : Jesse Lacey, chanteur. Une ancienne fan affirme sur son compte Facebook avoir été abusée sexuellement par le chanteur du groupe de rock Brand New. Elle avait 15 ans et lui 24. Le groupe américain suspend sa tournée et Jesse Lacey, 39 ans, reconnaît "avoir fait du mal à des personnes, les avoir maltraitées, avoir menti et trompé" à cause d'une addiction au sexe.

9 novembre : Roy Moore, juge et politicien. Cinq femmes accusent, dans le New York Times, cet ancien juge de la Cour suprême en Alabama d’attouchements et de comportements déplacés alors qu’elles étaient mineures. Roy Moore ne conteste pas avoir fréquenté des adolescentes mais nie toute agression sexuelle. Candidat à une élection partielle dans l'Alabama, il est lâché par son parti. Les sénateurs républicains, dont plusieurs joueront leur siège aux législatives de novembre 2018, craignent de s'associer au personnage. Donald Trump continue à le soutenir mais annonce qu’il ne fera pas campagne pour lui.

9 novembre : Matthew Weiner, scénariste. Kater Gordon, ancienne assistante personnelle du créateur de la série Mad Men, récompensée par un Emmy Awards pour l’écriture d’un épisode de la série, accuse Matthew Weiner d’un commentaire déplacé en 2008. Selon elle, il lui aurait dit qu'elle devait le laisser la voir nue, alors qu’ils travaillaient tard ensemble. Réponse du porte-parole de l’intéressé : "Il ne se souvient pas avoir fait ce commentaire."

10 novembre : George Takei, acteur. Dans une interview, l'ancien mannequin et acteur Scott Brunton accuse George Takei, la star de Star Trek âgée de 80 ans, de l'avoir agressé sexuellement alors qu'il était inconscient, après avoir consommé de l'alcool chez l'acteur. George Takei nie le lendemain sur les réseaux sociaux.

10 novembre : Richard Dreyfuss, acteur. L’auteure Jessica Teich, 58 ans, accuse Richard Dreyfuss, connu pour son rôle dans Les Dents de la mer, de comportements déplacés sur une période de deux à trois ans, au milieu des années 1980. "Il a créé un environnement de travail très hostile, où je me sentais sexualisée, objectifiée, et insécurisée", affirme-t-elle. Richard Dreyfuss reconnaît avoir "flirté avec elle" mais nie l’avoir agressée et s’être exhibé devant elle.

10 novembre : Gary Goddard, producteur. L'acteur Anthony Edwards dénonce les comportements déplacés du producteur américain envers lui, alors qu’il était âgé de 14 ans. Il l’accuse d’avoir violé son meilleur ami, dont il tait le nom. Gary Goddard, via son porte-parole, nie les accusations et se dit "attristé". Il s’est depuis mis en congé de sa compagnie, Goddard Group.

10 novembre : Benny Medina, producteur de musique et de télévision. L’acteur américain Jason Dottley, 36 ans, accuse Benny Medina, connu pour être le manager de célébrités comme Jennifer Lopez, d'avoir tenté de le violer il y a neuf ans, en décembre 2008. Le producteur de 59 ans fait savoir via ses avocats qu’il dément "catégoriquement les allégations de tentative de viol".

10 novembre : Eddie Berganza, éditeur chez DC Comics. Une enquête de BuzzFeed révèle qu’au moins deux femmes accusent cet éditeur du géant de la bande-dessinée de les avoir touchées ou embrassées de force. Le lendemain, DC Comics annonce la suspension d’Eddie Berganza.

10 novembre : Andrew Kreisberg, producteur exécutif. Plus d’une douzaine de personnes témoignent dans Variety, accusant le producteur des séries télévisées Arrow, Supergirl, The Flash et Legends of Tomorrow de commentaires déplacés, de harcèlement sexuel et d’attouchements. Selon elles, Andrew Kreisberg a fréquemment touché et embrassé de force plusieurs femmes. Il est suspendu par la société Warner Bros TV. Group. "J'ai fait des commentaires sur les apparences et les vêtements des femmes en tant que producteur exécutif, mais ils n'étaient pas sexualisés. Comme beaucoup de gens, j'ai donné à quelqu'un un câlin ou un baiser non sexuel sur la joue ", a répondu Andrew Kreisberg, niant les accusations.

10 novembre : Sepp Blatter, ex-président de la Fifa. La star de l'équipe féminine américaine de football, Hope Solo, accuse l'ancien tout-puissant patron du foot mondial d'agression sexuelle. La gardienne américaine de 36 ans révèle que le Suisse lui a mis la main aux fesses en janvier 2013, lors de la cérémonie de remise du Ballon d'or, juste avant qu'ils ne montent sur scène. "Cette accusation est ridicule et absurde", proteste Sepp Blatter.

12 novembre : Fausto Brizzi, réalisateur. Devant les caméras du programme télévisé satirique italien "Les Hyènes", dix actrices accusent l'Italien Fausto Brizzi d'avoir eu recours à son "pouvoir" en tant que réalisateur pour leur imposer des attouchements et des faveurs sexuelles. Le cinéaste rejette ces accusations.

Thierry Marchal-Beck.
Thierry Marchal-Beck. (FRANCE 2)

13 novembre : Steve Jurvetson, entrepreneur. Accusé de comportements inappropriés d’ordre sexuel, ce membre du conseil d’administration des sociétés Tesla et SpaceX démissionne mais nie fermement. "Laissez-moi être parfaitement clair : aucune de ces allégations n’est vraie", soutient-il.

13 novembre : Mark Schwahn, scénariste. Dans une lettre, des actrices et des membres de l'équipe technique de la série Les Frères Scott accusent son créateur de harcèlement sexuel. Une prise de parole pour soutenir l'une des scénaristes du feuilleton, Audrey Wauchope, qui a été la première à briser l'omerta sur Twitter. S’ensuivent d’autres témoignages du côté de l’équipe de la série The Royals. Mark Schwahn en est écarté.

14 novembre : Thierry Marchal-Beck, ex-président des MJS. Dans Libération, huit femmes accusent l’ancien leader du Mouvement des jeunes socialistes de "faits pouvant être qualifiés de harcèlement et d’agressions sexuelles, entre 2010 et 2014". "Dans leur grande majorité, ces faits sont prescrits et n'ont pour l'instant pas fait l'objet d'une plainte, même si deux victimes y réfléchissent", précise le journal. De son côté, Thierry Marchal-Beck se dit "sidéré" par ces accusations, se tient à la disposition de la justice et se "réserve le droit d'engager toute procédure".

16 novembre : Al Franken, sénateur. Leeann Tweeden, une animatrice radio, accuse l'élu démocrate, un temps considéré comme un potentiel candidat à la présidence américaine en 2020, de l'avoir embrassée de force et de lui avoir touché la poitrine sans son consentement en 2006. Dans la foulée, une autre femme accuse également le sénateur d'un geste déplacé. Depuis, Al Franken multiplie les actes de contrition.

17 novembre : Sylvester Stallone, acteur. Le Daily Mail affirme, rapport de police à l’appui, que l'interprète de Rocky Balboa et son ancien garde du corps sont accusés de viol sur une jeune fille, âgée de 16 ans à l'époque. Les faits se seraient déroulés alors que l'acteur américain tournait un film à Las Vegas en 1986. La porte-parole de la star réfute ces allégations. Le garde du corps, lui, a été tué par la police de Californie lors d'un contrôle routier en 2013.

19 novembre : Frédéric Haziza, journaliste. La journaliste Astrid de Villaines porte plainte contre le présentateur phare de LCP pour agression sexuelle. Elle l’accuse de lui avoir mis une main aux fesses en 2014. Un geste qui lui avait valu un simple avertissement de la part de la direction de la chaîne. Plusieurs de ses collègues dénoncent ses "mains baladeuses", dans une enquête de Buzzfeed, qui révèle l’affaire le lendemain. Le journaliste, visé par une enquête préliminaire, est suspendu de LCP. "L'avertissement qui m'a été signifié il y a 3 ans m'a fait prendre conscience de l'ambiguïté de certains gestes. J'ai alors compris que j'avais pu involontairement blesser ma collègue. Je réitère mes excuses, n'ayant jamais eu l'intention d'outrager quiconque", réagit Frédéric Haziza sur Twitter.

20 novembre : Bob Filner, homme politique. L’élue démocrate américaine Diana DeGette accuse l’ancien maire de San Diego de harcèlement sexuel. Le démocrate Bob Filner avait démissionné en août 2013 à la suite d'accusations de harcèlement sexuel, pour lesquelles il a été condamné.

20 novembre : Charlie Rose, journaliste. Selon le Washington Post, qui rapporte les témoignages de huit femmes, le présentateur vedette de la télévision américaine aurait passé des appels téléphoniques obscènes, se serait exhibé nu et se serait rendu coupable d'attouchements. Les chaînes américaines CBS et PBS suspendent immédiatement Charlie Rose. Le journaliste respecté a présenté ses excuses : "J'ai toujours pensé que les sentiments étaient partagés mais je réalise aujourd'hui que je me trompais." Le Washington Post a reçu depuis d’autres témoignages et poursuit son enquête.

20 novembre : Glenn Thrush, journaliste. Quatre femmes accusent le correspondant du New York Times à la Maison Blanche d’attouchements et de baisers forcés. Le reporter est suspendu le temps de l’enquête.

20 novembre : Raul Bocanegra, homme politique. Le Los Angeles Times publie un article dans lequel six femmes accusent cet élu démocrate californien d’attouchements et de harcèlement sexuel. Une semaine plus tard, il démissionne de l'assemblée de l’Etat, tout en niant avoir commis une faute.

21 novembre : Carlo Tavecchio, ancien patron du foot italien. Une dirigeante de la Fédération italienne de football, restée anonyme, accuse son ex-président de harcèlement sexuel dans le Corriere della Sera. L'intéressé, âgé de 74 ans, nie les faits.

Matt Lauer.
Matt Lauer. (ABC)

21 novembre : John Lasseter, réalisateur et producteur. The Hollywood Reporter publie une longue enquête sur les agissements du grand manitou de l'animation, décrivant un "schéma présumé de comportements inadéquats, détaillé par des sources internes chez Disney et Pixar". Selon les témoignages, John Lasseter était connu pour "attraper, embrasser, faire des commentaires sur des attributs physiques". D'autres affirment qu'il tentait toujours de mettre ses mains sur les jambes de ses collaboratrices. Après ces révélations, le célèbre directeur artistique de Disney annonce prendre un congé de six mois. "Je tiens particulièrement à m'excuser auprès de quiconque a déjà été victime d'un câlin indésirable", a-t-il déclaré.

21 novembre : John Conyers, homme politique. La figure légendaire du parti démocrate américain, membre le plus ancien de la Chambre des représentants, est accusé d’avoir, pendant des années, harcelé sexuellement ses collaboratrices, selon des témoignages publiés par Buzzfeed. L'élu de Detroit, âgé de 88 ans, a notamment fait verser 27 000 dollars en 2015 à une ancienne collaboratrice parlementaire qui l'accusait de l'avoir licenciée parce qu'elle avait rejeté ses avances sexuelles. Après avoir refusé de démissionner, John Conyers a consenti à renoncer à son poste de chef de la minorité démocrate au sein de la commission des affaires judiciaires. Une enquête interne a été lancée par le Congrès sur ce héros de la lutte pour les droits civiques des Noirs. Il été brièvement hospitalisé pour stress et a annoncé le 5 décembre qu'il abandonnait son mandat.

23 novembre : Joe Barton, homme politique. Après la diffusion sur Twitter d’une photo des parties intimes de cet élu républicain du Texas, une militante du parti conservateur publie des messages à caractère sexuel qu'elle a reçus entre 2011 et 2015. Joe Barton s’est excusé pour la photo mais n’a pas fait de commentaire sur les sextos.

28 novembre : David Sweeney, journaliste. La radio NPR annonce que son rédacteur en chef a quitté l'entreprise après des accusations de harcèlement sexuel portées contre lui par au moins trois femmes journalistes.

29 novembre : Matt Lauer, journaliste. "C'est une triste matinée ici à 'Today' et à NBC News." Deux présentatrices de la célèbre matinale américaine annoncent à l'antenne que leur collègue Matt Lauer, l'une des stars de l'émission, a été licencié de NBC après un "comportement sexuel inapproprié". Deux jours plus tôt, une salariée de la chaîne s’est plainte auprès de la direction. Depuis, une demi-douzaine de femmes affirment, sous couvert d'anonymat, que le présentateur de 59 ans les a également harcelées sexuellement. L'une d'elles dit avoir reçu un sex-toy ; une autre l'avoir vu se déshabiller devant elle, fermant la porte depuis un bouton fixé sur son bureau. "Certaines choses qui sont dites à propos de moi ne sont pas vraies ou inexactes, mais il y a assez de vérité dans ces histoires pour que je me sente gêné et honteux", a réagi Matt Lauer.

29 novembre. Yannick Buttet, homme politique. Sollicitées par Le Temps, plusieurs femmes décrivent des gestes inappropriés et des "pulsions sexuelles incontrôlées" de la part du vice-président du Parti démocrate-chrétien suisse. Yannick Buttet est aussi visé par une plainte après avoir harcelé une ancienne maîtresse. "J’adresse mes excuses à toutes les personnes que j’ai pu blesser involontairement", déclare-t-il.

29 novembre : Teddy Davis, producteur. La chaîne américaine CNN annonce avoir licencié le producteur de l’émission "State of The Union" après la plainte de trois collègues femmes pour son comportement inapproprié.

29 novembre : Garrison Keillor, journaliste. La radio publique du Minnesota annonce avoir mis fin à toute collaboration avec l'animateur, une institution dans le monde de la radio. Immortalisé par le réalisateur Robert Altman dans son dernier film The Last Show, Garrison Keillor est accusé de "comportement inapproprié" lorsqu'il était à la tête de l'émission culte "A Prairie Home Companion", qu'il a quittée l'an dernier. L'animateur a expliqué avoir touché par accident le dos nu d'une femme à qui il voulait donner une tape amicale dans le dos.

30 novembre : Geoffrey Rush, acteur. Le comédien australien, connu pour ses rôles dans Pirates des Caraïbes et Le Discours d'un roi, est accusé d'avoir eu un "comportement inapproprié" lorsqu'il travaillait avec la Compagnie de théâtre de Sydney, rapporte ABC. L'acteur oscarisé nie les faits par l'intermédiaire de son avocat.

1er décembre : Shervin Pishevar, homme d'affaires. Cinq femmes, restées anonymes, accusent ce puissant investisseur de la Silicon Valley de les avoir agressées ou harcelées sexuellement dans un cadre professionnel. Les faits remonteraient pour plusieurs d'entre eux à 2013. Le co-directeur du fonds Sherpa Capital, qui a notamment investi dans Uber et Airbnb, a nié ces allégations par la voix de son représentant.

1er décembre : Bruce Weber, photographe de mode. Le New York Post révèle qu'un homme mannequin a porté plainte contre le célèbre photographe de mode new-yorkais (Vogue, Vanity Fair, Rolling Stone...). Il l'accuse d'agression sexuelle lors d'une séance photo en 2014 à Manhattan. Le modèle était alors âgé de 28 ans et Bruce Weber de 68 ans. Ce dernier n'a pas commenté.

2 décembre : James Levine, chef d'orchestre. Citant un rapport de police datant de fin 2016, le New York Post révèle qu'un homme accuse le célèbre chef d'orchestre américain d'avoir commencé à l'abuser sexuellement lorsqu'il était âgé de 15 ans. Les faits auraient duré huit ans mais ils sont prescrits. James Levine, âgé de 74 ans et aujourd'hui directeur musical honoraire du Metropolitan Opera de New York, a pris sa retraite à la fin de la saison 2015-2016. Il avait démenti ces accusations au moment de l'enquête.