Quatre ans après Charlie Hebdo, Macron salue la liberté d'expression

La liberté d'expression "est plus forte que jamais", a affirmé lundi Emmanuel Macron en rendant hommage aux victimes de l'attentat contre l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo il y a quatre ans.

Le président Emmanuel Macron a rendu hommage aux victimes de l\'attentat de Charlie Hebdo, lundi 7 janver 2019.
Le président Emmanuel Macron a rendu hommage aux victimes de l'attentat de Charlie Hebdo, lundi 7 janver 2019. (Ludovic Marin / AFP)
"Ceux qui se sont lâchement attaqués à Charlie Hebdo, il y a 4 ans déjà, combattaient la liberté d'expression et donc la République. La République est toujours là, et la liberté d'expression plus forte que jamais", déclare le chef de l'Etat dans un message sur Twitter. "Nous n'oublions pas ceux qui ont payé cela de leur vie", ajoute-t-il.
https://twitter.com/EmmanuelMacron/status/1082282836109996033

Le 7 janvier 2015, les frères Chérif et Saïd Kouachi, des islamistes radicaux, avaient tué 12 personnes dans l'attaque du journal à Paris avant de prendre la fuite.

Plusieurs cérémonies commémoratives lundi et mardi

Plusieurs cérémonies se sont tenues lundi à Paris pour rendre hommage aux 17 victimes des attaques de Charlie Hebdo, Montrouge et de l'Hyper Cacher en janvier 2015, les premières d'une vague d'attentats jihadistes qui a frappé la France.

Familles, proches et autorités se sont notamment rassemblés en fin de matinée lors d'une cérémonie rue Nicolas-Appert, devant les anciens locaux de Charlie Hebdo, quatre ans jour pour jour après l'attaque qui a visé le journal satirique.
 
Deux autres hommages ont également été organisés boulevard Richard-Lenoir, où le lieutenant de police Ahmed Merabet a été abattu par les frères Kouachi, et devant l'Hyper Cacher, où Amédy Coulibaly a tué quatre hommes, tous juifs, lors d'une prise d'otages le 9 janvier 2015.

Lecture des plaques commémoratives, dépôt de gerbes, minute de silence: les cérémonies ont été marquées par une grande sobriété, respectant les demandes des familles des victimes.

Les ministres de l'Intérieur, Christophe Castaner, et de la Justice, Nicole Belloubet, accompagnés du secrétaire d'Etat Laurent Nuñez, du ministre de la Culture Franck Riester et de la maire de Paris Anne Hidalgo, y ont assisté.

Deux cérémonies sont également prévues mardi en hommage à Clarissa Jean-Philippe, policière municipale tuée à Montrouge (Hauts-de-Seine) le 8 janvier par Amédy Coulibaly, sur les lieux du drame et à Carrières-sous-Poissy (Yvelines) où résidait la victime.

Procès aux assises en vue

Au terme de quatre ans d'enquête sur les attaques de Charlie Hebdo, Montrouge et de l'Hyper Cacher en janvier 2015, le parquet de Paris a requis le 21 décembre 2018 un procès aux assises pour 14 personnes impliquées à divers degrés dans ces attentats. Il revient désormais aux juges d'instruction antiterroristes de décider de renvoyer tout ou partie de ces suspects devant une cour d'assises spécialement composée. Tous sont soupçonnés, au minimum, de soutien logistique aux frères Kouachi et à Amédy Coulibaly.