Cet article date de plus de deux ans.

Mort de l'auteur de bande dessinée Philippe Adamov

Il était l'auteur de la série "Les eaux de Mortelune" (Glénat), un classique de la science-fiction française.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 1 min.
L'auteur de bande dessinée Philippe Adamov en 2010 au ferstival Bulles en Seyne (2010) à La Seyne-sur-Mer. (COMMONS WIKIMEDIA)

Le dessinateur de bande dessinée Philippe Adamov, qui avait signé une vingtaine d'ouvrages dont les grandes fresques Le vent des Dieux et Les eaux de Mortelune, est décédé, a annoncé mercredi la maison d'édition Glénat.

"Philippe Adamov s'est éteint lundi à 63 ans", a précisé l'éditeur de BD, dans un communiqué consacré à la disparition de ce "grand monsieur du 9e art".

Après avoir travaillé dans le studio d'animation de René Laloux (un des maîtres français de la SF), il s'était orienté vers l'illustration de romans de science-fiction, avant de percer dans la BD.

Influencé par Moebius

Grâce à une première publication dans le magazine pour enfants Okapi, Glénat avait repéré le dessinateur, et lui avait confié la série, en collaboration avec le scénariste Patrick Cothias, Le vent des Dieux. Dans cette fresque historique au coeur du Japon médiéval, publiée à partir de 1985, il a développé son trait réaliste et son sens aigu du détail.

Couverture du tome l'Intégrale "Les eaux de Mortelune" (Glénat / Philippe Adamov)

Le dessinateur, fortement influencé par Moebius (L'Incal), autre référence de la science-fiction, avait ensuite signé plusieurs autres séries, la plupart chez Glénat, dont son autre oeuvre magistrale, Les eaux de Mortelune (10 volumes parus de 1986 à 2000), de nouveau avec Cothias au scénario. Cette série d'anticipation aux images puissantes et aux personnages cruels se joue dans un Paris post-apocalyptique, où l'eau est devenue la ressource la plus convoitée. Elle est devenue un classique de la science-fiction française.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers BD

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.