Gaston Lagaffe : "La norme devrait être que l'on n'ait pas le droit de se réapproprier un personnage après la disparition de l'auteur", estime Philippe Geluck

Franquin "a dit aux micros de différents médias qu'il ne souhaitait pas que quelqu'un d'autre dessine Gaston après lui. Je comprends totalement, parce que c'est un petit peu la position que j'adopte pour mon travail", souligne le dessinateur du "Chat".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Philippe Geluck pose à côté d'une statue de son "Chat", le 21 février 2022 à Genève. (MAGALI GIRARDIN / EPA/KEYSTONE)

"'Il faut respecter la volonté de l'auteur", martèle lundi 16 mai sur franceinfo Philippe Geluck, auteur et dessinateur de la bande dessinée Le Chat alors que les éditions Dupuis décident de suspendre la publication du nouvel album de Gaston Lagaffe, prévu pour le mois d’octobre avec un tirage d'un million 200 000 exemplaires. La fille de Franquin, créateur de l'employé de bureau lymphatique, a immédiatement rappelé que son père avait plusieurs fois et publiquement déclarée avant sa mort, il y a 25 ans, qu'il ne voulait absolument pas qu'on touche à son héros fétiche. Devant la polémique qui enfle en Belgique, la maison d'édition semble vouloir calmer le jeu en attendant la décision de justice sur le fond prévue en septembre. "La norme devrait être que l'on n'ait pas le droit de se réapproprier un personnage après la disparition de l'auteur", estime Philippe Geluck.

franceinfo : Comprenez-vous la position de la fille de Franquin ?

Philippe Geluck : J'ai soutenu immédiatement la position d'Isabelle Franquin que je ne connais pas par ailleurs, mais je trouve qu'il faut respecter la volonté de l'auteur. Et Franquin a effectivement annoncé des dizaines de fois dans la presse, dans des entretiens qui ont été notés, qui ont été reproduits. Il l'a dit aux micros de différents médias qu'il ne souhaitait pas que quelqu'un d'autre dessine Gaston après lui. Je comprends totalement, parce que c'est un petit peu la position que j'adopte pour mon travail.

Pourtant pour Astérix, Lucky Luke, cela n'a pas posé de problème...

La norme devrait être que l'on n'ait pas le droit de se réapproprier un personnage après la disparition de l'auteur. On peut continuer à lire les albums de Gaston dessiné par Franquin et Gaston ne mourra jamais. Il est éternel. Franquin a sans doute cédé les droits d'exploitation de son personnage, ça, c'est certain.

"Les droits d'exploitation ne veulent pas dire droit de faire redessiner."

Philippe Geluck

à franceinfo

Alors vous me dites Astérix, Lucky Luke, etc., mais là, ça a été clairement établi. L'auteur doit s'exprimer clairement et le dire, mais que la norme doit être effectivement le respect de son œuvre. Après la mort de Picasso, quelqu'un aurait pu dire : ‘Tiens, je vais continuer à faire des tableaux de Picasso’. Alors, si Pablo Picasso l'avait expressément demandé, le suivant aurait pu, mais Picasso ne l'aurait pas voulu.

Gaston Lagaffe se situe où dans votre Panthéon ?

Il est dans mon top 3. Quand j'étais petit, c'était Tintin. Je me prenais pour Tintin et maintenant on me dit que je ressemble au professeur Tournesol. Vous voyez un petit peu le drame de ma vie. Puis évidemment, Gaston Lagaffe est sur la deuxième marche du podium parce qu'il est immense, parce que Franquin est un génie. Et puis le troisième, disons que c'est Lucky Luke, parce que le brio du dessin et puis surtout les scénarios de Goscinny, c'est irremplaçable.

Peut-on quand même imaginer un album hommage ?

Pourquoi pas ! C'est quelque chose que je souhaiterais. Je l'ai déjà dit pour moi-même. Quelqu'un d'autre ne pourra pas dessiner Le Chat après moi. Mais entre nous, ne le répétez pas, c'est parce que j'ai trop peur qu'on se rende compte que c'était vraiment facile. Mais par contre, des hommages, des interprétations, oui. Je voudrais saluer un confrère, Matthieu Bonhomme, qui a dessiné et publié un album qui s'appelle L'homme qui tua Lucky Luke que je vous recommande. Il s'approprie totalement l'univers de Morris. Il n'essaie pas de le recopier et de le faire comme si cela avait été Morris. Dans ce sens, ça a de la gueule. J'adorerais voir une aventure de Tintin dessinée par Tardi, par exemple. Ça resterait du Tardi et ce serait un hommage à Hergé et à Tintin.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers BD

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.