Passionné d'Iron Man, un ingénieur poitevin crée un costume du personnage en 3D

Carlos Reyes a réussi à marier sa passion pour les super-héros et la technologie. Un projet un peu fou... mais très sérieux dans sa réalisation.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
A Poitiers, un ingénieur en éléctromécanique crée l'armure d'Iron Man  (France 3 Nouvelle Aquitaine)

Il est passionné par l'univers Marvel mais aussi très doué de ses mains : Carlos Reyes finalise la conception d'une armure d'Iron Man dans son atelier de Poitiers. L'ingénieur en électromécanique espère pouvoir la présenter aux fans de super-héros lors de la prochaine Gamers Assembly qui se tiendra en ligne du 3 au 5 avril 2021. 

Dans l'armure d'Iron Man

L'homme de fer sort de l'imprimante 3D

Pour réaliser cette armure d'Iron Man, Carlos Reyes a choisi l'impression 3D, une technologie qui le passionne. "Pour moi, c'est une nouvelle technologie, c'est très intéressant car on est limité seulement par notre imagination et notre capacité à pouvoir concevoir des pièces mécaniques", explique l'ingénieur d'origine mexicaine. Après des heures passées sur les plans, vient l'étape de l'impression d'une pièce qui peut parfois prendre plusieurs jours. "Cette imprimante qui fabrique sur des grosses pièces travaille pendant 72 heures", nous détaille Carlos Reyes. Puis vient la phase cruciale de l'assemblage. Une multitude de pièces vont alors s'imbriquer les unes aux autres, mais avant d'atteindre la bonne mécanique, plusieurs tests sont réalisés. 

Pour que le costume lui aille comme un gant, Carlos Reyes a créé son avatar avec ses mensurations. Avec cette armure proche de la taille réelle du super-héros (1,97m) Carlos assouvit pleinement sa passion pour la légende d'Iron Man. "C'est un de mes personnages préférés de l'univers Marvel, c'est une bonne inspiration car il est ingénieur comme moi", confie le concepteur.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Comics

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.