Trois choses à savoir sur "Astérix et la Transitalique", le nouvel album des Gaulois les plus célèbres du monde

Astérix et Obélix reviennent pour une nouvelle aventure dont la sortie en librairie est prévue le 19 octobre.

Le dessinateur Didier Conrad et le scénariste Jean-Yves Ferri présentent le dernier album d\'Astérix et Obélix, \"Astérix et la Transitalique\", le 9 octobre 2017, à Paris.
Le dessinateur Didier Conrad et le scénariste Jean-Yves Ferri présentent le dernier album d'Astérix et Obélix, "Astérix et la Transitalique", le 9 octobre 2017, à Paris. (BERTRAND GUAY / AFP)

Par Toutatis ! Cela faisait deux ans que les fans attendaient un nouvel album. Le 19 octobre, ce sera chose faite avec Astérix et la Transitalique. Dans ce 37e volume, présenté lundi 9 octobre à Paris, les irréductibles Gaulois s'envolent vers la péninsule italienne pour une course de chars qui promet bien des surprises. Franceinfo vous résume les trois choses à savoir sur cet album du dessinateur Didier Conrad et du scénariste Jean-Yves Ferri.

Obélix vole la vedette à Astérix

Si l'album porte le nom d'Astérix, Obélix sera bien le personnage central de cette nouvelle aventure. "Obélix va jouer un rôle moteur. C'est lui qui va déclencher l'histoire. Déjà, sur le précédent album, j'avais mis l'accent sur son caractère. C'est intéressant d'aller chercher des facettes des personnages qui n'avaient pas été exploitées jusque-là", explique le scénariste Jean-Yves Ferri, qui signe pour la troisième fois avec le dessinateur Didier Conrad. 

En effet, dans cette course de chars allant des Alpes jusqu'au Vésuve, Obélix sera l'aurige, c'est-à-dire le conducteur du char, tandis qu'Astérix se contentera de la place de copilote.

Le moustachu à tresses rousses pourrait aussi connaître les joies de l'amour, laisse entendre le scénariste : "Il y a même une aventure sentimentale avec Obélix. Il va connaître une sorte de petit coup de foudre, mais on va vite s'apercevoir que cela concerne Idéfix plutôt que lui-même." Autre particularité de cet album : une dizaine de nouveaux personnages sont annoncés. Dont le méchant Coronavirus, l'aurige masqué, et son acolyte.

Les deux héros, qui ne connaissaient que Rome, découvrent le reste de l'Italie

Etonnamment, à part quelques incursions à Rome, Astérix et Obélix n'avaient, jusqu'à présent, jamais foulé le sol italien. Ce sera le cas dans Astérix et la Transitalique. "C’est une façon de faire un clin d’œil aux origines italiennes d’Albert Uderzo, je pense que cela lui fait plaisir", expliquait à l'AFP Jean-Yves Ferri, il y a quelques mois. 

L'histoire de ce nouvel album se situe dans une Italie que César rêve unifiée, en l'an 50 avant Jésus-Christ. Mais de nombreuses régions de la péninsule revendiquent leur indépendance, à l'instar des Italiques, qui souhaitent préserver leur autonomie. Une intrigue qui fait écho à l'actualité catalane. Le scénariste s'en est expliqué à La Dépêche (article abonnés) : "Souvent, en BD, l’imagination fait qu’on pioche dans l’air du temps. J’ai déjà constaté ce phénomène-là. Dans l’album Astérix chez les Pictes, nous étions tombés en plein référendum en Ecosse. Là [non plus], ce n’était pas prémédité."

Une sortie qui tombe à point nommé, 40 ans après la mort de Goscinny

La publication de ce nouvel album n'aurait pas pu mieux tomber pour célébrer les créateurs des deux Gaulois. Si Albert Uderzo fête son 90e anniversaire, 2017 marque aussi les 40 ans de la disparition de René Goscinny. Un double hommage est d'ailleurs rendu au célèbre scénariste : deux expositions parisiennes retracent son œuvre, l'une au musée d'Art et d'Histoire du judaïsme, l'autre à la Cinémathèque, toutes deux jusqu'au 4 mars 2018.

Les éditions Albert-René ont donc vu les choses en grand : l'album sera tiré à 5 millions d'exemplaires, dont 2 millions en français, et traduit en 16 languesUne bagatelle pour la BD la plus vendue dans le monde, avec 370 millions d'albums écoulés depuis sa création en 1959.