Cet article date de plus d'un an.

Spectacles, concerts, films, musées, festivals affectés par le coronavirus : franceinfo fait le point

Les professionnels du spectacle vivant sont particulièrement inquiets : plusieurs concerts ont été annulés à la suite de l'interdiction des rassemblements de plus de 5 000 personnes en milieu confiné jusqu'au 31 mai. Des sorties de films sont également reportées, dont celle du nouveau James Bond...

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 7 min.
L'AccorHotels Arena à Paris en 2015.  (CHRISTOPHE MORIN / MAXPPP)

Fermeture du Louvre pendant trois jours, annulation de concerts, baisse du nombre de visiteurs étrangers dans les musées : l'épidémie de coronavirus pèse sur le secteur culturel, et notamment sur le spectacle vivant.

Spectacle vivant : annulations en chaîne et inquiétude des professionnels

Selon un arrêté paru jeudi 5 mars, les restrictions collectives annoncées le 29 février par le ministre de la Santé Olivier Véran restent les mêmes et interdisent en particulier tout rassemblement de plus de 5 000 personnes en milieu confiné, et ce désormais jusqu'au 31 mai.

Conséquence : de grandes salles de concert, comme l'AccorHotels Arena à Paris, qui peut contenir jusqu'à 20.000 personnes, trinque. Depuis mercredi 4 mars, plusieurs concerts y ont été ajournés et notamment ceux du rappeur Ninho (12 mars, reporté au 21 septembre), du chanteur Andrea Bocelli (19 mars, reporté au 7 juin), du groupe Tryo (13 mars reporté sans date) et du chanteur M. Pokora (14 mars, reporté au 19 juin). Le spectacle The Harlem Globetrotters, prévu le 4 avril, est reporté. Mais le festival des Arts Martiaux aura bien lieu le samedi 21 mars, le nombre de spectateurs attendus ne dépassant pas les 5000.

En France, une centaine de salles de spectacles sont concernées : les concerts de Gims aux Zénith de Lille, Nantes et Orléans ont tous été annulés. Dans une vidéo filmée depuis son canapé sur Twitter, Gims a tenu à souligner que sa tournée Décennie Tour était "reportée et pas annulée" et que les nouvelles dates, en juin, seraient annoncées prochainement. "Protégez-vous, faites attention", ajoute-t-il, en se disant aussi désolé que son public.


La Nuit de la Bretagne (150 artistes, musiciens et chanteurs sur scène), qui devait avoir lieu à Paris La Défense Arena samedi 7 mars, a également été annulée. Tout comme la 10e édition de Rock The Pistes, qui devait se dérouler du 15 au 21 mars sur le domaine skiable franco-suisse des Portes du Soleil (si ce festival se déroule en plein-air, il fait les frais de l'interdiction des autorités suisses de "toute manifestation accueillant plus de 1 000 personnes").

Qu'en sera-t-il du prochain Printemps de Bourges prévu du 21 au 26 avril ? "Pour le moment, le festival se tiendra bien et dans son format habituel. Bien sûr nous sommes en contact avec les autorités compétentes", a indiqué le service communication du Printemps, alors que la région Centre-Val-de-Loire a enregistré jeudi ses premiers cas de contamination.

"Il y a une forte inquiétude chez les professionnels, alors que le secteur est déjà fragile", commente le Prodiss, syndicat national du spectacle vivant et de variété. Il évalue que les pertes pourraient s'élever à 250 millions d'euros si les restrictions s'étendent sur deux mois. Les ventes de billets dans le spectacle musical ont chuté de 50% par rapport à la même période l'an dernier, a indiqué vendredi 6 mars le Prodiss. "En France, un peu plus de 90 salles de capacité supérieure à 5 000 personnes accueillent des spectacles et notamment dans la période allant de mars à juin 2020". Et "le spectacle musical et de variété organise chaque année 65 000 représentations auxquelles assistent 30 millions de spectateurs, en employant près de 120 000 personnes", rappelle le syndicat. 

Le rappeur Gims en concert au Stade de France en 2019.  (ZAKARIA ABDELKAFI / AFP)

De son côté, l'Opéra de Paris, la plus grande maison d'opéra au monde, a demandé aux visiteurs "présentant des symptômes grippaux (toux, défaillance respiratoire, fièvre, courbatures)" d'éviter de se rendre à Bastille et Garnier. "Selon leur situation, il leur sera proposé un échange, ou un remboursement pour les places et billets déjà acquis", a indiqué l'Opéra.

La foire "Art Paris Art fair 2020", initialement prévue du 2 au 5 avril, est reportée du 28 au 31 mai au Grand Palais, ont annoncé le 6 mars les organisateurs. Art Paris est le rendez-vous de l'art moderne et contemporain au printemps, et la deuxième foire parisienne après la FIAC (Foire internationale d'art contemporain). 

Musées : le Louvre rouvre, baisse de fréquentation à Versailles

Le Louvre, établissement le plus visité au monde (9,6 millions de visiteurs l'an dernier, dont 75% d'étrangers), a réouvert ce mercredi 4 mars après trois jours de fermeture. Son personnel avait invoqué un droit de retrait face à l'expansion du virus en France. Le musée estime une perte de 30 000 entrées par jour. "A l'heure actuelle, les préconisations des autorités compétentes recommandent l'ouverture des musées", a invoqué la direction. Christian Galani, membre du personnel et du bureau national de la CGT culture, a indiqué à l'AFP que des solutions hydroalcooliques seront distribuées à l'ensemble du personnel pour le nettoyage des mains. 

Les visiteurs s'amassent devant le Louvre le jour de réouverture.  (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

Autre établissement très prisé, le château de Versailles a décidé d'ouvrir après consultation de son personnel. Le domaine accueille 8,2 millions de visiteurs par an, dont 80% d'étrangers. Les effets du coronavirus sur le tourisme se font donc sentir. "Nous enregistrons une perte au niveau des touristes chinois, qui représentent 13% de notre fréquentation", explique le château de Versailles. "La semaine du 10 février, nous avons comptabilisé une baisse de 20 000 visiteurs, par rapport à la même semaine en 2019. Nous estimons qu’environ deux tiers est attribuable aux visiteurs chinois".

A contrario, les structures du réseau Paris Musées (musée Carnavalet, musée de la Libération, Catacombes…) n'ont pas enregistré de changement dans leur fréquentation depuis le début de l'année.

Cinéma : des films retardés

Les mesures gouvernementales ne concernent normalement pas les cinémas, aucun en France n'ayant 5 000 sièges. Mais une quarantaine de salles obscures ont été fermées dans le Morbihan et dans l'Oise, suite à un arrêté préfectoral interdisant tout rassemblement collectif pendant deux semaines. Ces deux départements sont considérés comme des "clusters", des foyers infectieux locaux. Pour ces cas particuliers, la Fédération nationale des cinémas français (FNCF) a appelé le ministère de l’Economie et le ministère du Travail à mettre en œuvre des mesures d’urgence : moratoire sur les charges sociales et fiscales, moratoire sur les charges immobilières, prise en charge des pertes d’exploitation, notamment.

Dans le reste de la France, les spectateurs boudent-ils les grands écrans par peur des voisins qui toussent ? Nullement selon Marc-Olivier Sebbag, délégué général du FNCF. "Le week-end dernier n'a pas connu de chute de fréquentation. L'avant- première du film De Gaulle, par exemple, a bien marché", avance-t-il.

Prudent, le géant Warner a décidé de décaler la sortie de deux films : Miss, de Ruben Alves devait normalement sortir le 11 mars mais sera finalement distribué le 23 septembre, la sortie du film Rocks de Sarah Gavron a été retardée du 15 avril au 17 juin. 

MGM et Universal ont également décidé de repousser la sortie du nouveau James Bond, Mourir peut attendre, à novembre 2020. L'avant première au Grand Rex à Paris est par conséquent annulée. 

Sont également repoussées les sorties de Pinocchio de Matteo Garrone (initialement prévue le 18 mars), de La Daronne de Jean-Paul Salomé (25 mars), Tout nous sourit de Mélissa Drigeard (8 avril), Attention au départ de Benjamin Euvrard (15 avril).

Le festival Series Mania, plus grand festival de séries en France, prévu à Lille du 20 au 28 mars est pour l'instant toujours d'actualité. Tout comme le festival de Cannes prévu du 12 au 23 mai. "Pas d'inquiétude pour le moment", ont fait savoir les organisateurs. 

Livres : pas de Salon mais des idées de lecture

Pas de grand rendez-vous de l'édition pour l'année 2020. Le Salon Livre Paris, prévu du 20 au 23 mars, a été annulé à la suite des mesures gouvernementales.  Mauvaise nouvelle pour l'édition, secteur fragile économiquement, et marqué ces derniers mois par le débat sur la rémunération des auteurs. Mickaël Palvin, directeur marketing chez Albin Michel, tempère : "il faut savoir qu'aucune maison d'édition ne rentabilise sa présence au salon. C'est un investissement, que nous faisons parce que pour nous cela reste un événement majeur, une 'grand-messe', un rendez-vous pour les lecteurs, les auteurs, les éditeurs."

Mais il semblerait que le virus donne des envies de lecture. Si l'on en croit les derniers chiffres d'Edistat, les ventes du roman La peste d'Albert Camus ont doublées en début d'année. Publié en 1947, ce roman raconte la vie quotidienne des habitants d'Oran, coupés du monde durant une épidémie de peste fictionnelle, allégorie du nazisme.

"Il est encore trop tôt pour visualiser les ventes ou un impact – d’autant que nous vendons habituellement beaucoup ce titre et que nous sommes en plein anniversaire Camus – mais le titre remonte dans les panels", nuance le service commercial de Gallimard dans Le Monde.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Culture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.