Visite du chantier du musée des Confluences de Lyon

Pendant plusieurs années, le colossal chantier du musée des Confluences à Lyon a rimé avec retard, abandon et budget faramineux. Mais depuis la reprise des travaux par le groupe Vinci en 2010, la création du vaisseau futuriste est repartie sur de bons rails. Le bâtiment, qui présentera à la fois des collections d'Histoires Naturelles et de sciences et techniques, devrait ouvrir ses portes au public en février 2014.

Le projet du futur musée des Confluences
Le projet du futur musée des Confluences (Armin Hess - Coop Himmelb(l)au)

 

 

L'ouverture du musée des Confluences devrait être le point d'orgue de la réhabilitation de ce quartier de Lyon, déjà marqué par la construction de plusieurs bâtiments à l'architecture très originale et moderne. Les visiteurs qui arrivent dans la ville par le Sud devraient le voir trôner à la pointe du confluent, où se rejoignent le Rhône et la Saône. 

 

Le "cube", autre construction originale du quartier du confluent
Le "cube", autre construction originale du quartier du confluent (Photo PQR/Le Progrès/Stéphane Guiochon)

 

C'est le cabinet d'architectes autrichien Coop Himmelb(l)au, célèbre dans le monde entier pour la légèreté de ses ouvrages, qui a conçu ce drôle de viasseau en trois parties :

Un socle en béton armé qui est terminé. Par dessus devrait flotter le "nuage", une structure métallique avec un habillage de 17 000 plaques d'inox. C'est dans cette partie que seront installées, sur 5 niveaux, les salles d'expositions. L'accueil du public, lui, se fera dans le "Cristal", une structure métallique sur laquelle reposera un habillage de verre. 

 

Le chantier du musée de la Confluence en janvier 2012
Le chantier du musée de la Confluence en janvier 2012 (PHOTOPQR/LE PROGRES/AUGROS PIERRE)

 

Un projet ambitieux qui a connu de nombreux déboires. En 2008, le constructeur Bec Frères a jeté l'éponge, laissant le chantier à l'abandon pendant 18 mois. Le temps que le Conseil Général du Rhône, qui finance le projet, ne trouve un repreneur, qui sera finalement le groupe Vinci en 2010. Sujet à controverses, le budget total de la construction du Musée reste flou. Il serait d'environ 200 millions d'euros selon le Conseil Général du Rhône.