Un dessin inédit de Victor Hugo vendu plus de 37.000 euros, soit le double de son estimation

Le "Départ du ballon", estimé à 18.000 euros, s'est envolé exactement pour 37.500 euros mercredi à Paris, a annoncé la maison Sotheby's.

Victor Hugo, \"Départ du ballon\" [vers 1870]. Dessin original, non signé, titré de la main de l’écrivain. Plume et encre brune, lavis (130 x 115 mm), contrecollé sur le passe-partout, sous verre, sous Marie-Louise dans un cadre en bois noir moderne Mis en vente par Sotheby’s Paris en association avec Binoche et Giquello.
Victor Hugo, "Départ du ballon" [vers 1870]. Dessin original, non signé, titré de la main de l’écrivain. Plume et encre brune, lavis (130 x 115 mm), contrecollé sur le passe-partout, sous verre, sous Marie-Louise dans un cadre en bois noir moderne Mis en vente par Sotheby’s Paris en association avec Binoche et Giquello. (Sotheby’s / ArtDigital Studio)

L'auteur des Misérables était aussi un dessinateur talentueux. Départ du ballon, beau dessin inédit de l'écrivain, était proposé aux enchères le 17 juin à Paris par la maison Sotheby's au prix initial de 18.000 euros. Il a finalement atteint la somme de 37.500 euros.

Le dessin représente un ballon avec une nacelle qui s'élève au dessus des toits et des clochers de Paris, dans des couleurs laiteuses. Il témoigne de la guerre de 1870 et de la période très humiliante du siège de Paris par les Prussiens.

Victor Hugo, \"Départ du ballon\" [vers 1870]. Dessin original, non signé, titré de la main de l’écrivain. Plume et encre brune, lavis (130 x 115 mm), contrecollé sur le passe-partout, sous verre, sous Marie-Louise dans un cadre en bois noir moderne Mis en vente par Sotheby’s Paris en association avec Binoche et Giquello.
Victor Hugo, "Départ du ballon" [vers 1870]. Dessin original, non signé, titré de la main de l’écrivain. Plume et encre brune, lavis (130 x 115 mm), contrecollé sur le passe-partout, sous verre, sous Marie-Louise dans un cadre en bois noir moderne Mis en vente par Sotheby’s Paris en association avec Binoche et Giquello. (Sotheby’s / ArtDigital Studio)

Un hommage aux ballons utilisés durant le siège de 1870

Il s'agit d'un hommage aux ballons montés utilisés pendant le siège afin de communiquer hors de la ville. Parmi les 67 qui s'élevèrent en 1870 et 1871, celui du 26 septembre 1870 transportait des tracts écrits par Victor Hugo qui furent lâchés au-dessus des lignes ennemies.

Le célèbre photographe Nadar avait demandé à Hugo si un autre ballon, le 18 octobre 1870, pouvait être baptisé de son nom : "Je ne demande pas mieux que de monter au ciel par vous !", lui avait répondu le poète. Le ballon "Victor Hugo" s'éleva du jardin des Tuileries aux cris de "Vive la République". Il transportait du courrier.

Victor Hugo conserva l'invitation de Nadar qu'il colla sur ses Carnets intimes, après avoir arraché de l'enveloppe le timbre qui représentait Napoléon III, qu'il surnommait avec mépris "Napoléon le Petit". Ce lot a été adjugé lors de l'ultime phase de la dispersion commencée en 2011 de l'importante collection littéraire R. & B.L., constituée sur plus de soixante ans.

La vente se déroulait en ligne depuis le 11 juin, organisée par Sotheby's en association avec Binoche et Giquello. Cette dernière partie de livres et autographes des XIXe et XXe siècles rendait hommage à la littérature française. Le dessin inédit sera inclus dans le catalogue raisonné des dessins de Victor Hugo.