Cet article date de plus de huit ans.

"Tristesses" le polar politique belge qui a conquis Avignon

La 70ème édition du festival d’Avignon est très politique. Parmi les spectacles en rapport avec l’actualité, "Tristesses" de la belge Anne-Cécile Vandalem, une pièce de politique fiction qui se passe au Danemark où un parti d’extrême droite est aux portes du pouvoir.
Article rédigé par Thierry Fiorile
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Tristesses © Christophe Raynaud de Lage)

C’est un ovni théâtral, qui va du polar politique à la comédie grinçante. Martha Heiger, chef du Parti du réveil populaire, est favorite des élections danoises, quand sa mère meurt, suicidée, pendue, le drapeau du Danemark autour du corps. Martha Heiger se rend sur "Tristesses" l’île de son enfance pour les obsèques, sur ce caillou, ne vivent plus que huit personnes, après la faillite des abattoirs qui ont ruiné les éleveurs. Mais elle arrive avec un projet machiavélique en poche : reprendre à sa famille les parts qu’ils ont dans les abattoirs, afin de  créer des studios de cinéma qui produiront des films de propagande pour son parti d’extrême droite. Pour Anne-Cécile Vandalem, derrière le vote populiste, il y’a une utilisation politique de la tristesse. L’intrigue révèle une machination, perverse qui va faire exploser cette famille. Les personnages sont poussés vers le loufoque, mais en finesse, c’est remarquablement joué et l’humour acide libère de la noirceur de la pièce.

"Tristesses" d’Anne-Cécile Vandalem au festival d’Avignon jusqu’au 14 juillet

"Tristesses" au festival d'Avignon. Par Thierry Fiorile

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.