Triste anniversaire pour le Centre Pompidou-Metz qui fête ses dix ans en confinement

Près de 4 millions de visiteurs depuis son ouverture le 12 mai 2010 : le Centre Pompidou-Metz n'a pas pu fêter dix ans de succès et espère organiser plus tard un week-end festif pour les célébrer.

Le Centre Pompidou-Metz
Le Centre Pompidou-Metz (© Shigeru Ban Architects Europe et Jean de Gastines Architectes, avec Philip Gumuchdjian pour la conception du projet lauréat du concours / Metz Métropole / Centre Pompidou-Metz / Photo Jacqueline Trichard / 2019)

Le Centre Pompidou-Metz a fêté mardi 12 mai ses dix ans d'ouverture au public. Un anniversaire un peu triste pour le musée lorrain, fermé en raison de la crise du coronavirus. Il ne rouvrira, au mieux, qu'au mois de juin.

Le Centre Pompidou-Metz avait été inauguré le 11 mai 2010 par Nicolas Sarkozy, avant d'ouvrir ses portes au public le lendemain. Après avoir accueilli plus de 300 000 visiteurs en 2019 l'institution est actuellement fermée en raison de la crise du coronavirus. Quelques-uns des 75 salariés reviennent peu à peu dans le bâtiment à l'architecture spectaculaire pour préparer la réouverture au public, qui pourrait intervenir à la mi-juin.

"Initialement un week-end festif devait être organisé du 15 au 17 mai, on espère pouvoir l'organiser plus tard dans le courant de l'année", indique-t-on au musée. La programmation de cette année 2020 était "l'occasion de revenir sur cette première décennie de partage avec le public et d'ouverture à la création sous toutes ses formes, mais aussi de bâtir et préfigurer notre vision pour le futur".

Installation de Susanna Fritscher, faite de pans de fils en silicone, bientôt au Centre Pompidou-Metz (ici au Musée d\'arts de Nantes)
Installation de Susanna Fritscher, faite de pans de fils en silicone, bientôt au Centre Pompidou-Metz (ici au Musée d'arts de Nantes) (© Susanna Fritscher © Musée d'arts de Nantes - Photographie Cécile Clos)

L'exposition Folklore visible dès la réouverture, Yves Klein décalé

L'exposition Folklore, et l'installation Frémissements de l'artiste autrichienne Susanna Fritscher, qui devaient être inaugurées le 21 mars, seront visibles dès la réouverture du Centre Pompidou-Metz. La première explore les liens entre le folklore européen et la modernité et la création contemporaine, de l'emprunt formel à l'imitation d'une méthode, de la fascination à l'ironie critique. Susanna Fritscher, elle, installe de longs fils de silicone qui oscillent avec les courants d'air, créant un paysage onirique qui vibre et évoque un instrument de musique géant dans une des galeries du musée. Une forêt impalpable que le public est invité à traverser.

L'exposition sur l'artiste français Yves Klein et ses affinités esthétiques avec ses contemporains, initialement prévue à partir du 2 mai, est décalée, probablement à la mi-juillet. Elle sera suivie en octobre par Marc Chagall, passeur de lumière, une exposition qui explorera l'important de la lumière et du vitrail dans l'œuvre de l'artiste.

Depuis son ouverture en mai 2010, le succès du Centre Pompidou-Metz ne se dément pas. Il s'agissait de la première expérience de décentralisation d'un établissement culturel public national. Il est l'un des musées français les plus visités en dehors de Paris : il a accueilli près de 4 millions de visiteurs en dix ans. Après des records les trois premières années, la fréquentation annuelle s'est installée entre 300 000 et 350 000.

Egalement installé à Malaga (Espagne) et Bruxelles, le Centre Pompidou a ouvert en novembre dernier sa première implantation hors d'Europe, à Shanghai.