Popay, pionnier du street art, peint "sa chapelle Sixtine" à Neuf-Brisach

Depuis les années 80, Popay est l'un des grands noms de la culture urbaine française. Il est en résidence au Mausa Vauban, dans le Haut-Rhin

Popaydans les pas de Michel Ange
Popaydans les pas de Michel Ange (S. Gaudry / T. Sitter / France Télévisions)

Popay est en résidence jusqu'au 19 novembre au Mausa Vauban, le musée de l'art urbain et du street art de Neuf-Brisach, en Alsace. Il y réalise ce qu'il appelle sa "chapelle Sixtine", mais c'est avec beaucoup de modestie qu'il se compare à Michel-Ange. Jusqu'au 17 novembre il crée, dans une pièce voûtée, une oeuvre du sol au plafond faite d'une multitude de formes géométriques colorées. "On est un peu dans un clin d'oeil à Michel-Ange" dit-il. "Je m'emballe un peu, mais c'est un peu comme la voûte céleste. Quand ça sera fini, on pourra s'allonger et être dedans"

Un pionnier en France

Depuis les années 80, ce natif de Barcelone installé en France manie l'art du graffiti. Il fut l'un des premiers en Europe à populariser et à renouveler le genre.

Une oeuvre murale de Popay à Vigo en Espagne, été 2019
Une oeuvre murale de Popay à Vigo en Espagne, été 2019 (MIGUEL RIOPA / AFP)

Popay s'est notamment fait connaître avec ses graffs sur le chantier de la Pyramide du Louvre il y a 30 ans. Artiste touche-à-tout et prolifique, il crée sur les murs mais aussi sur toile et réalise de nombreuses affiches et pochettes de disques. Un univers entre punk, rock et hip-hop qui séduit un large public. 

affiche résidence de Popay au Musa Vauban
affiche résidence de Popay au Musa Vauban (Musa Vauban)