Cet article date de plus de six ans.

Paul Bloas colle ses peintures sur des épaves : un rappel à la loi

Pendant l'été 2014, l'artiste breton Paul Bloas a collé une vingtaine de ses peintures d'imposants personnages sur six épaves de navires de guerre amarrés depuis des années au cimetière marin de Landévennec, dans la rade de Brest. La Marine a porté plainte pour "dégradation d'épaves". Convoqué devant le tribunal d'instance de Brest, il a écopé ce 12 janvier 2015, d'un rappel à la loi.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un des personnages peint par Paul Bloas sur une épave de bateau
 (France 3 culturebox)
Reportage : N. Minteh / B. Gilbert / M. Le Morvan / P. Pasco / H. Notat 
Le plasticien de rue avait demandé des autorisations avant de débuter son travail. La Marine Nationale, la préfecture maritime, le Ministère de la Défense, tous lui avaient répondu par la négative. Il est interdit, notamment pour des raisons de sécurité, d'accéder à ces navires en cours de démolition. Paul Bloas décide de braver l'interdit et de coller malgré tout les peintures de ses grands personnages, qui évoquent le monde carcéral. Il voulait ainsi poursuivre le travail qu'il avait débuté il y a plusieurs années sur ce thème. 
Détail d'un "personnage" de Paul Bloas, collé sur une épave de la rade de Brest
 (France 3 culturebox)
Paul Bloas est bien décidé à poursuivre son travail artisitique, "mais avec le concours de la Marine Nationale", a-t-il déclaré à la sortie de l'audience. 

Il s'est fait connaitre dans les années 1980 pour ses silhouettes, puis ses fresques murales dispersées dans différents lieux délaissés de la cité portuaire de Brest. Ses "personnages" ont depuis voyagé. Ils ont notamment été exposés à Berlin, Budapest et Madagascar. 
Paul Bloas colle une peinture sur une épaves de navire de guerre
 (France 3 culturebox)

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Street Art

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.