Cet article date de plus de sept ans.

Le "4e mur" à Niort : l'exposition est dans la rue

En quinze ans, Eric Surmont l'organisateur du festival de street art de Niort a réussi à faire remarquer sa cité par les grands graffeurs internationaux. Le festival "Le 4e mur à Niort" réunit des artistes émergents aux côté des grandes signatures du moment. A voir en plein air et bien au chaud partout dans la ville jusqu'au 2 décembre 2013.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Niort, capitale du graff en toute liberté 
 (France 3 / Culturebox)
Créé en partenariat avec la  galerie niortaise Winterlong, le festival "4e Mur" présente des expositions créations murales d'artistes et illustrateurs tels que Amandine Urruty et Nicolas Barrome.

Reportage : Dominique Laveau,Brice Baubit et Antoine Liégard
Depuis quatre ans la ville de Niort a décidé de jouer le pari du graff. Avec ce rendez-vous annuel, le festival "4e mur" convie des artistes à enrichir le patrimoine bâti de la ville. Des couleurs et des histoires envhaissent les murs et racontent aux habitants une autre manière de voir la ville. Chaque année les murs s'enrichissent de nouvelles fresques; l'espace urbain a pris une tournure qui raconte la vie autrement.
La ville raconte des histoires surréalistes où les animaux de la ferme se nichent dans les murs
 (France 3 / Culturebox)
"Les premiers murs sont toujours visibles, à part certains, victimes de travaux ou effacés pour différentes raisons", explique Eric Surmont, directeur artistique du festival. D’où l’importance de bien choisir le support, car ces artistes-là sont exigeants sur sa texture, son exposition et sa situation dans la ville. "Pour eux, le mur est très important. Plus il est vieux, mieux c’est. Il faut qu’il ait du vécu, une histoire. Les murs neufs, bien crépis ne les intéressent pas".
Eric Surmont inititiateur de festival "le 4ème mur à  Niort"
 (France 3 / Culturebox)

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Street Art

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.