Tout beau et tout neuf, "Le Cyclop" de Tinguely brille de mille feux dans les bois de Milly-la-Forêt

La sculpture démesurée sortie de l'imaginaire de Jean Tinguely et de son épouse Niki de Saint Phalle a subi un grand chantier de rénovation dans le parc de l'Essonne. Le monstre est de nouveau accessible au public après une année de travaux. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le Cyclop, oeuvre de Jean Tinguely et de Niki de Saint-Phalle après sa restauration dans le parc de Milly-la-Forêt (Essonne) (France 3 Paris Ile de France)

C'est une carcasse monumentale faite de métal et de miroirs qui s'érige dans le parc de Milly-la-Forêt (Essonne) : Le Cyclop a fait peau neuve.

Imaginée et créée il y a plus de cinquante ans par l'artiste Jean Tinguely avec le concours de sa femme Niki de Saint Phalle et de leurs amis artistes, la sculpture a subi un lourd chantier de restauration durant un an. L'œuvre accueille de nouveau les visiteurs (à partir de 8 ans).

Le Cylop de Tinguely restauré

Un chantier pharaonique

Au milieu des arbres gigantesques du parc de Milly-la-Forêt, Le Cyclop impressionne. D'abord par ses dimensions, 22,5 mètres de haut et 350 tonnes d'acier, mais aussi par ce qu'il représente. Une immense tête sans corps, étincelante de milliers de miroirs, avec un œil unique, une bouche d’où ruisselle de l’eau sur une langue toboggan, une oreille qui pèse une tonne. 

Aussi appelé "La Tête" ou "Le Monstre dans la forêt", Le Cyclop est un monument unique dans l’histoire de l’art. Mais avec le temps, il avait quelque peu perdu de son éclat. Le travail des restaurateurs s'est surtout concentré sur la fameuse face aux miroirs conçue par Niki de Saint Phalle. "Environ 350 m2 et 65 000 tesselles de miroirs qu'il a fallu remplacer car, au fil du temps, il y a eu une dégradation qui ne reflétaient plus la forêt, le soleil, le ciel", explique Béatrice Salmon, directrice du Centre national des arts plastiques.

L'oeil du Cyclop crée par Niki de Saint Phalle (France 3 Paris Ile de France)

Même s'il semble un entrelacs de fer et de rebuts de la société industrielle, Le Cyclop, qui a poussé ses premiers cris en 1969, est savamment orchestré. L'équipe de restaurateurs qui a œuvré à sa rénovation a dû suivre un cahier des charges bien précis. Un chantier pharaonique mais satisfaisant. "On a respecté exactement les mêmes découpes qu'à l'origine, il a retrouvé une nouvelle peau", se réjouit Carole Aquaviva, restauratrice du patrimoine.

Une machinerie bien huilée

Dans l'antre du monstre se trouvent une trentaine d'œuvres créées par les amis du couple. Il aura fallu dix ans de labeur pour ériger Le Cyclop et quinze années supplémentaires avant que soient mises en place les contributions de chacun. Certaines ont aussi fait l’objet de réparations.

À l'intérieur de l'immense tête sans corps, c'est toute une machinerie qui se met en action. La sculpture étincelante et tintinnabulante s'anime et la magie opère toujours. "C'est un rapport inversé au musée car vous pouvez toucher les œuvres, passer à travers et tout se met en branle, rien à voir avec la version sacralisante du musée", analyse François Taillade, directeur de l'association Le Cyclop.

Point fort du programme, jusqu'au 6 novembre 2022, les week-ends à la tombée de la nuit, l'artiste Caty Olive révèlera la magie du lieu avec son installation lumineuse. Une expérience, à coup sûr, fascinante et intrigante.

Le Cyclop à Milly-la-Forêt (Essonne). Accès au site autour de l'œuvre libre et gratuit. Visites du Cyclop d'avril à octobre tous les week-ends et du mercredi au dimanche en juillet et août de 10h30 à 18h30. Le site n'est pas accessible aux enfants de moins de 8 ans.Tarifs des visites guidées de l'intérieur : 9 et 6 euros.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sculpture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.