Le Musée Magnelli de Vallauris s'enrichit de seize nouvelles céramiques de Picasso avec une mystérieuse dédicace

Ces nouvelles pièces dédicacées à la céramiste Suzanne Ramié viennent compléter la collection permanente du Musée Magnelli de Vallauris. Elles ont été réalisées par le maître de l'abstraction entre 1947 et 1971 dans la ville aux cent potiers.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des pièces de Picasso dédicacées pour Suzanne Ramié  (France 3 PACA)

Une nouvelle collection permanente vient tout juste d'être inaugurée au Musée de la céramique de Vallauris dans les Alpes-Maritimes. Parmi les nouveautés, une quinzaine d'oeuvres de Pablo Picasso dédicacées à Suzanne Ramié (1905-1974) qui l'a initié à l'art de la céramique en 1946. 

Expo céramique de Picasso au musée Magnelli de Vallauris
France 3 Côte d'Azur / P. Varnier / F. Ebbhah / F. Touitou

Suzanne Ramié, semeuse d'empreinte

"Pour Madame Ramié", cette mystérieuse dédicace écrite de la main de Pablo Picasso vient signer plusieurs des pièces du maître du cubisme. Inscrite sur des plats, des vases ou des sujets d'ornementation, cette mention remercie directement Suzanne Ramié, une céramiste installée à Vallauris, plus connue sous le nom de Madoura. 

Céramique de Picasso dans la collection permanente de musée Magnelli de Vallauris (Alpes-Maritimes) (France 3 PACA)
Dès 1938, elle organise l'atelier Madoura dans la petite ville des Alpes-Maritimes. Amoureuse de la terre qu'elle magnifie par des formes simples et pure de tout décor, son atelier attire de nombreux collectionneurs. Elle explore toutes les techniques, toutes les matières et toutes les formes. Peu à peu, Madoura se fait un nom. 

En 1946, Picasso (1881-1973) rencontre le couple Ramié à Vallauris et décide de s'inscrire à un atelier. "Ils lui proposent de modeler des petites pièces en céramique. Picasso se prête au jeu et il modèle des taureaux et une petite tête de faune", raconte Céline Graziani, directrice du Musée Magnelli. Par la suite, il confie à Madoura l'édition de certaines séries qu'elle exécute personnellement d'après les originaux. 

Picasso céramiste

Pour Picasso, le travail de l’argile est une véritable révélation. Séduit par "la ville aux cent potiers", il s’y installe de 1948 à 1955, dans une villa sur les collines. Suzanne Ramié enseigne au peintre les techniques traditionnelles qu'elle utilise pour cuire et émailler la terre. L'artiste ne tarde pas à les enrichir de ses propres inventions. Il décore, modèle, sculpte ses pièces sur des formes tournées. "Avec Suzanne Ramié s'instaure un dialogue puisqu'il s'approprie des formes dessinées par Suzanne Ramié qu'il va décorer et dont il va imaginer de nouveaux usages", détaille encore la responsable du musée. 

Exposition Picasso au musée de la céramique de Vallauris (Alpes-Maritimes) (France 3 PACA)

Ce sont donc de nouveaux usages par la forme, mais sur le fond Picasso reste fidèle à ses thèmes favoris : l’Espagne sous la botte du général Franco, la mythologie, la corrida... Au total près de quatre mille œuvres sortiront de cet atelier. Cette frénésie artistique eut un retentissement considérable sur l'atelier Madoura qui devient par la suite le lieu de rencontres et d'expériences des plus célèbres peintres. Marc Chagall, Victor Brauner, Tsuguharu Foujita ou encore Henri Matisse ont eux aussi expérimenté la céramique.

"Pablo Picasso et Suzanne Ramié. Dialogues avec la céramique" au musée Magnelli de VallaurisOuvert tous les jours sauf le mardi de 10h à 12h15 et de 14h à 17h.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sculpture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.