"Festins" : les mots de Caroline Gaudriault et les images de Gérard Rancinan font valser le dîner traditionnel

C'est un duo complice que l'Institut culturel Bernard Magrez a choisi d'inviter pour faire valser la table du mythique dîner. Gérard Rancinan et Caroline Gaudriault explorent cette tradition bien française du repas. Photos monumentales et mots calligraphiés, "Festins" est à voir à Bordeaux jusqu'au 9 juin 2019

Exposition \"Festins\", regard croisé Gérard Rancinan et Caroline Gaudriault
Exposition "Festins", regard croisé Gérard Rancinan et Caroline Gaudriault (France 3 / Culturebox )
Banquet, orgie et luxure, l'exposition "Festins" de l'Institut culturel Bernard Magrez met en miroir les photos de Gérard Rancinan et les mots de Caroline Gaudriault. Invitées à la table de la société, ces images revisitent le thème quasi mythique du banquet à la française. 

Reportage : S. Valero / O. Prax  / F. Pelé

"La Cène" : la référence

Histoires d'amour, discussions enflammées, débats de société, tout se passe lors des repas et rien ne se décide vraiment. On mange, on boit, on parle et on s'oublie, semblent nous dire les photos monumentales de Gérard Rancinan accrochées aux murs. 
Interprétation de \"La Cène\" par Gérard Rancinan
Interprétation de "La Cène" par Gérard Rancinan (France 3 / Culturebox )
Et c'est un tableau mythique, lui aussi, qui a inspiré le photographe bordelais : "La Cène" de Léonard de Vinci. "Cette table-là,  'L'Ultima Cena', a été le tableau le plus absolu, le plus simple et le plus humaniste de tous les temps", explique-t-il. La décadence qui s'expose sur les photos de Rancinan narre les dérives d'une société de consommation et montre à la fois la fin d'un monde et son renouveau. 

Les mots pour le dire

De son côté, l'auteure Caroline Gaudriault utilise les mots pour parler de la tournure d'un repas. Suspendus du plafond, des textes calligraphiés racontent les non-dits.
Oeuvre calligraphie de Caroline Gaudriault
Oeuvre calligraphie de Caroline Gaudriault (France 3 / Culturebox )
"Dans un dîner il y a plusieurs niveaux de conversation. des chuchotements, des appartés... Il y a des pensées intérieures. Si on pouvait les entendre, ça serait génial", résume l'artiste.