Cet article date de plus d'un an.

"Photos en Wrac'h" : premières rencontres photographiques en apnée dans les eaux du Finistère

Ils sont huit, plongeurs et passionnés de photo. Ils participaient ce week-end dans le nord Finistère à un concours inédit de photographie sous-marine en apnée. Rien à gagner pour les participants, juste le plaisir de partager de belles images.
Article rédigé par Stéphane Hilarion
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 1 min
L'un des participants aux premières rencontres de la photographie sous-marine en apnée, "Photos en Wrac'h", dans le Finistère. (France Télévisions / S. Soviller)

À l'Aber Wrac'h, dans le nord Finistère, se déroulait de dimanche 30 avril les premières rencontres photographiques sous-marines en apnée. Huit participants étaient inscrits, passionnés de plongée et de photo, dans ce concours inédit. Un concours sans enjeu, sauf celui de prendre du plaisir et de partager ses expériences. Sans enjeu, mais avec tout de même un règlement : les plongeurs évolue par binôme, 1h30 sous l’eau, 150 photos maximum, et 1h ensuite pour les trier et n’en proposer que huit au jury.

"Ce n’est pas une compétition officielle mais on veut qu’il y ait quand même un classement, voire mettre en valeur les bonnes images, donc il y a quelques règles qui s’imposent avant", explique Thierry Coadou, président de la commission photos à la fédération française de plongée Bretagne-Pays de Loire.   

Concours photos sous-marines en apnée
Photos en Wrac'h Concours photos sous-marines en apnée (France 3 Bretagne S. Bencherifa / S. Soviller / H. Notat)

Une histoire de partage

Une fois les consignes données, le matériel vérifié, les participants embarquent pour une courte traversée vers une petite île à quelques centaines de mètres du port. Un lieu choisi pour la richesse de sa faune et de sa flore, mais pas seulement comme l’explique l’organisateur de cette première édition de Photos en Wrac’h Franck Daouben : "On est sur une zone avec des profondeurs de 0 à 10 mètres pour que ce soit accessible à tous, car on a des débutants, comme des pros de l’image. C’est un rendez-vous pour le partage".

Photographier sous l’eau, sans bouteille, bercé par les mouvements de la mer, n’est pas chose aisée mais l’expérience est magique, bien qu’un peu trop courte comme le souligne Vincent, l’un des participants : "Il faut réussir à bien se stabiliser pour être des fois entre deux eaux et avoir de belles photos. Sinon, il y a de la frustration à ne pas avoir plus d’apnée, de ne pas rester plus longtemps en-dessous".

C’est le côté sympa d’être tous au même endroit au même moment, et de sortir des images différentes parce qu’on a tous un œil, un regard différent.

David

Participant de "Photos en Wrac’h"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.