Les sublimes clichés de coraux géants du photographe français Alexis Rosenfeld portent un espoir pour la planète

Alexis Rosenfeld, photographe sous-marin et explorateur, dirige le programme "1 Ocean" en partenariat avec l’Unesco. Il est engagé avec son équipe dans une campagne prévue sur dix ans, visant à documenter en photo les fonds marins pour alerter sur les dangers qui menacent la planète. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Coraux géants de la "vallée aux mille roses", découverts tout à plus de 30 mètres de fond, au large de Tahiti, décembre 2021 (ALEXIS ROSENFELD / ALEXIS ROSENFELD)

"C'est d'une tendresse incroyable !" : photographe, plongeur et explorateur, Alexis Rosenfeld ressent encore cette émotion face à la "vallée aux mille roses", ces coraux géants porteurs d'espoir découverts tout récemment, à plus de 30 mètres de fond, au large de Tahiti.

"Ce type de coraux, à cet endroit-là, c'était connu probablement depuis des générations par certains Polynésiens", raconte-t-il à l'AFP. Mais son équipe, comme les scientifiques du CRIOBE, laboratoire français pour l'étude des écosystèmes coralliens, n'imaginaient pas une telle immensité quand ils sont tombés sur ce trésor, en novembre.

Roses bleues

Equipés de recycleurs, ces "petites usines" qui permettent aux plongeurs de rester jusqu'à cinq heures sous l'eau, Alexis Rosenfeld et ses partenaires venaient d'entamer une "descente délicate dans le bleu".

"Vers 20 mètres, on commence à percevoir un détail, le fond qui se dessine, le champ de 'roses' qui se cisèle doucement, une dentelle fine apparaît et tapisse le fond de la mer, à perte de vue. La vallée aux milles roses. C'est d'une tendresse incroyable", revit-il, deux mois plus tard, auprès de l'AFP, depuis son bureau, dans le lycée des Calanques à Marseille.

A l'image, les roses ressortent bleues, car "le rouge est absorbé par la couche d'eau". Depuis sa publication, le 20 janvier, son cliché de ce champ corallien a fait le tour du monde, jusqu'à la Une du Washington Post.

Découverte "hors du commun"

Ce récif, long de trois kilomètres et large de 30 à 65 mètres, se situe entre 30 et 65 mètres de fond. Et il ne présente aucun signe de stress ou de maladie, quand des coraux situés plus près de la surface, en Polynésie française, souffrent du réchauffement climatique et ont connu un épisode de blanchiment en 2019. "Une découverte hors du commun", a estimé l'Unesco.

Pour Laëtitia Hedouin, biologiste marine au CNRS et au CRIOBE, cette découverte est "une bonne nouvelle", qui laisse à penser que "les récifs plus profonds sont peut-être mieux protégés du réchauffement climatique".

Car la préservation des coraux est un enjeu capital : niches écologiques, ils abritent au moins un quart de la biodiversité marine. Les récifs sont aussi de puissants outils de lutte contre l'érosion des côtes.

1000 phographies

Après une vingtaine de jours de plongée sur ce site, en novembre, Alexis Rosenfeld et son équipe vont poursuivre l'exploration plus profond, où ils ont déjà aperçu des champs de gorgones, aussi appelés "coraux écorce".

"Les fonds marins sont la partie la plus inexplorée de notre planète : on en a cartographié 20%, on connaît très peu d'espèces, il y a tout à faire"

Alexis Rosenfeld

à l'AFP

C'est d'ailleurs tout le sens de la décennie (2021-2030) des Nations Unies pour les sciences océaniques au service du développement durable, qui vise à "investir massivement dans l'océanographie". Dans ce dispositif, Alexis Rosenfeld joue le rôle de "témoin" via sa campagne 1 Ocean.

D'ici 2030, il devra notamment produire 1000 photographies des profondeurs et les diffuser auprès du grand public, par exemple via des expositions monumentales dans des gares en France.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Alexis Rosenfeld (@alexis.rosenfeld)

"Ça passe par le beau"

Equipé de sa combinaison siglée Unesco, il pense déjà aux images qu'il pourra saisir sur l'atoll d'Aldabra aux Seychelles, le plus grand refuge de tortues terrestres géantes, préservé de l'influence humaine et classé au patrimoine mondial de l'Unesco. Ou sur les récifs d'Entrecasteaux, en Nouvelle Calédonie, "probablement l'une des régions les plus vierges du monde". Avec une ambition : "bâtir des consciences" pour la protection des océans.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Alexis Rosenfeld (@alexis.rosenfeld)

"Ça passe par le beau, mais je pense que les alertes de (la militante écologiste) Camille Etienne, les actions d'Hugo Clément (NDLR: journaliste et militant écologiste) , les messages du WWF ou les actions de Greenpeace sont également essentielles, c'est un vrai écosystème qui est en marche pour la planète de demain", veut-il croire.

Mais il voit aussi le moins beau : "Il n'y a pas si longtemps on était à Marseille, dans les calanques, pour montrer l'aspect absolument dégueulasse" des déchets.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Photographie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.