Les Stones, Dutronc, Hallyday : les petites anecdotes des grandes photos de Jean-Marie Périer

Une génération de stars est passée devant l'objectif de Jean-Marie Périer. A l'occasion de l'exposition "Sixties, le temps des idoles" à Saint Quentin (Aisne), le photographe des Yé-yé nous livre les dessous de ces clichés mythiques avec Johnny Hallyday, Sylvie Vartan, Jacques Dutronc, Françoise Hardy, les Rolling Stones mais aussi Michel Sardou.

Jean-Marie Périer pose devant l\'exposition \"Sixties, le temps des idoles\" de Saint-Quentin (Aisne)
Jean-Marie Périer pose devant l'exposition "Sixties, le temps des idoles" de Saint-Quentin (Aisne) (France 3 / Culturebox )
Cette exposition propose un prestigieux coup d’œil dans le rétroviseur mais c’est aussi pour Jean-Marie Périer l’occasion de raconter ses meilleurs anecdotes avec les stars des années 60. Souvenirs, souvenirs !

Reportage : E. Cornet / P. Juvigny / A. Fajon / F. Fontaine
  • Sylvie Vartan et Johnny Hallyday endormis dans la Rolls - Paris 1971
​"J'avais apporté la Rolls dans le studio et je leur demande de faire semblant de dormir, mais ils étaient tellement fatigués, qu'ils se sont vraiment endormis"
(capture d'écran France 3)
  • Michel Sardou - Los Angeles 1971
"A l'époque, je les emmenais tous en Amérique. On avait fait ça comme un hommage mais on avait oublié que c'était la guerre du Vietnam... Les Hells Angels sont arrivés et on a été obligés de se barrer en courant ! Ils voulaient vraiment lui casser la figure !"
(capture d'écran France 3)

  • Sylvie Vartan et Jacques Dutronc - Région parisienne, 1967
​"Elle, la robe ça la faisait marrer, lui l'armure il était moins chaud... J'avais devant moi des mômes qui étaient jeunes et beaux, qui démarraient leur carrière, qui n'avaient peur de rien et qui n'avaient pas de problème d'image. Donc on inventait les choses au fur et à mesure."
(capture d'écran France 3)
  • Les Rolling Stones - Paris, 1965
"On avait roulé toute la nuit, les Rolling Stones dormaient dans ma voiture et le lendemain on arrive à Paris et on va aux Champs-Elysées. On a fait une seule photo, comme ça ! J'aurais fait cette photo un an plus tard, c'était l'émeute... Là, personne ne se souciait de nous, c'était vraiment merveilleux"
(capture d'écran France 3)
Une centaine de clichés sont exposés à la Galerie Saint-Jacques de Saint-Quentin.