Le Cellier de Reims joue l'équilibre parfait avec l'exposition consacrée au photographe André Kertész

L'exposition organisée en partenariat avec la galerie du Jeu de Paume se tient dans la capitale champenoise jusqu'au 5 septembre 2021. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Exposition "L'équilibriste - André Kertész" au Cellier de Reim (France 3 Champagne)

L'exposition L'Équilibriste - André Kertész (1894-1985)  a pris ses quartiers au Cellier de Reims. Une rétrospective du photographe hongrois naturalisé américain proposée jusqu'au 5 septembre 2021 dans le cadre d'un tout nouveau partenariat avec le Jeu de Paume.

Lors de sa déambulation entre les murs du Cellier, le visiteur est immédiatement happé par cette immense photo placée au cœur de l'exposition. Une ombre chinoise qui respire la liberté et le jeu dans un décor de jardin d'Eden. Le portrait nu d'un homme qui semble suspendu dans le temps. Cet homme qui danse ainsi devant l'objectif de Kertész, n'est autre que le frère du photographe. Un frère qui l'a poussé, au sortir de la première guerre, à photographier tout ce qui l'entoure. "Cette composition est vraiment frappante et forte", confie Pia Weving, co-commissaire de l'exposition. 

Exposition Cellier André Kertész

Maître des ombres et des lignes

À travers 150 clichés en noir et blanc, le visiteur découvre sur les murs de pierres du Cellier, le travail précis d'André Kertész et sa fascination pour les lignes géométriques, la distorsion des corps de femmes dans les miroirs, les ombres et la lumière. "Il utilise l'ombre pour créer une ambiance dans le cadrage de ses images", souligne encore Pia Weving.

Les distorsions des corps, un sujet récurrent chez André Kertész (GINIES/SIPA)

De sa Hongrie natale à New York où il a émigré pour fuir le nazisme, la rétrospective donne aussi à voir des photos lors de son passage à Paris dans l’entre-deux-guerres. Il y photographie le peuple de Paris, les parcs de la capitale et ateliers d’artistes du Montparnasse. La ville mais aussi son double, ses ombres et ses reflets.

André Kertèsz (GINIES/SIPA)

Parmi les photos exposées au Cellier de Reims, le public peut admirer des tirages modernes argentiques effectués en 1995 par Yvon Le Marlec, tireur avec lequel Kertész collaborait à Paris, ainsi que des maquettes originales et reproductions de pages des ouvrages du photographe.

Autodidacte et libre

Né à Budapest en 1894, l'artiste hongrois, apprend la photo par curiosité dès l'âge de quinze ans. Il acquiert son premier appareil photo en 1912. André Kertész voit d’emblée son appareil photo comme "un petit livre de notes, un livre d’esquisses" où il dessine sa propre vision du monde. "Kertész était très libre, c'était un photographe impressionniste, quelqu'un qui absorbait l'atmosphère des lieux et qui ne voulait pas être attaché à un mouvement spécifique", détaille encore Pia Weving. 

Acteur majeur de la scène artistique, la carrière d'André Kertész s’étend sur plus de soixante-dix ans. Il est aujourd’hui reconnu comme l’un des photographes les plus marquants du XXe siècle.

Exposition André Kertèsz (GINIES/SIPA)

L'exposition du Cellier de Reims s’articule autour des livres majeurs que Kertész a publiés de son vivant. Elle retrace la relation étroite que le photographe a tissée tout au long de sa vie entre ses pratiques photographiques et éditoriales. 

L'Équilibriste - André Kertesz  au Cellier de Reims  jusqu'au 5 septembre 2021

De 14:00 à 18:00 - Jours de fermeture : Lundi Mardi

Entrée libre

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Photographie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.