Des insectes comme vous ne les avez jamais vus : les photos de Levon Biss exposées au domaine de la Roche-Jagu

L'exposition "Microsculptures. Portraits d'insectes" présente des clichés du Britannique Levon Biss réalisés selon un processus photographique unique composé de milliers d'images.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Portrait d'insecte réalisé par Levon Biss (France 3 Bretagne)

Tranquilles sur leurs deux ailes, les papillons des jardins du Domaine de la Roche-Jagu dans les Côtes d'Armor, butinent en toute sérénité. Ils ne risquent pas d'être dérangés par leurs nouveaux voisins, épinglés sur leurs grands panneaux de bois. Ces portraits géants de scarabée-tigre, bousier de Madagascar, longicorne, ou encore de fulgore-porte lanterne sont signés Levon Biss. Ce photographe londonien a collaboré avec le muséum d'histoire naturelle de l'université d'Oxford. Grâce à un procédé unique, il magnifie les insectes et les immortalise en haute définition. 

"Au départ, je vais juste photographier une antenne, explique le Britannique. Je l'éclaire pour qu'elle soit la plus belle possible. Ensuite, je me déplace vers une autre partie du corps, par exemple l'oeil, et là je change complètement la lumière. Et je procède ainsi sur tout le corps de l'insecte." 

Des images incroyables

Pour un seul insecte, le photographe peut prendre jusqu'à 8000 clichés. Cela donne ce qu'il appelle des "microsculptures", des images incroyables où chaque détail du corps de l'insecte apparait ainsi en pleine lumière. Des creux, des crêtes, des cratères, des écailles, des mailles sont révélés par l'objectif. Sans parler des couleurs éclatantes qui explosent littéralement.

De quoi régaler l'œil du visiteur qui trouve là matière à titiller son imagination. 

C'est le monde du merveilleux et du fantastique. On passe de l'autre côté du miroir pour rencontrer des aliens

Roselyne Xemay

visiteuse inspirée

Ces drôles de rencontres se font en toute liberté dans le parc du château de la Roche-Jagu. L'accès est gratuit et cela jusqu'au 30 novembre prochain.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.