Cet article date de plus d'un an.

À Lyon, une exposition pour parcourir le monde à travers l'objectif de Marc Riboud

Le photographe Marc Riboud a assisté aux grands bouleversements du 20e siècle, il a photographié la Chine de Mao, l'indépendance algérienne ou encore la révolution islamique en Iran. Une double exposition lui rend hommage à Lyon.
Article rédigé par Léna Thobie-Gorce
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min
"La Jeune Fille à la fleur". En octobre 1967, la jeunesse américaine défile en masse contre la guerre du Vietnam devant le Pentagone à Washington. (© Marc Riboud / Fonds Marc Riboud au MNAAG)

Cent clichés pour découvrir ou redécouvrir le photographe lyonnais de renommée internationale Marc Riboud. C'est ce que propose l'exposition 100 photographies pour 100 ans, installée au Musée des Confluences de Lyon jusqu'au 31 décembre 2023. Photographe-voyageur, Marc Riboud a été un grand témoin des transformations sociétales de notre monde. Ses photos, à l'image de la célèbre Jeune fille à la fleur, qui montre une adolescente tenant tête à des soldats, ont marqué leur époque.

L'exposition “100 photographies pour 100 ans” au Musée des Confluences de Lyon est à découvrir jusqu'au 31 décembre 2023.
L'exposition “100 photographies pour 100 ans” au Musée des Confluences de Lyon est à découvrir jusqu'au 31 décembre 2023. L'exposition “100 photographies pour 100 ans” au Musée des Confluences de Lyon est à découvrir jusqu'au 31 décembre 2023. (France 3 Auvergne-Rhône-Alpes : Claire Cherry-Pellat, Vincent Diguat, Delphine Mollard)

En 1953, Marc Riboud saisit un instant de grâce, le Peintre de la Tour Eiffel imperturbable, au-dessus du vide. Cette photo devient iconique et lui permet d'entrer à l'agence de presse Magnum. S'ensuit alors pour Marc Riboud une vie loin de Paris. Fasciné par la Chine de Mao, il témoigne de l'histoire avec une grande humanité. Sa découverte du monde se poursuit aux Etats-Unis au moment de la contestation contre la guerre au Vietnam en 1967, ou encore pendant la révolution islamique en Iran. Flâneur aux aguets, il se fond dans le quotidien et assiste aux bouleversements du monde. 

"Le Peintre de la tour Eiffel". Lorsque Marc Riboud s’installe à Paris en 1953, la tour Eiffel est en train d’être repeinte. Il grimpe par l’escalier à la rencontre de ces peintres acrobates, muni de son appareil. (© Marc Riboud / Fonds Marc Riboud au MNAAG)

Une photo sur le vif comme un jeu

L'épouse de Marc Riboud, Catherine Chaine, veille sur son œuvre, notamment par le biais de l'association "Les amis de Marc Riboud" et a participé au choix des photos pour l'exposition. Elle se souvient de sa "tendresse visuelle" et de l'amusement avec lequel il prenait des photos sur le vif. "Il était assez rapide, il essayait d'être invisible, sur la pointe des pieds. C'était très beau de le voir évoluer parce qu'il se baissait, il montait sur un tabouret, il reculait, c'était comme une danse", raconte-t-elle. 

Henri Cartier-Bresson disait de lui qu’il avait "le compas dans l’œil". Il cherchait partout la géométrie pour révéler la beauté. "À travers cette géométrie, il met de la tendresse et de la poésie. Il dénonce des faits de société mais jamais frontalement, toujours en douceur. Et c'est ça qui est intéressant, malgré cette géométrie, ce côté mathématique, il nous amène vers une deuxième lecture de ses photos", explique Thomas Consani, tireur de Marc Riboud. 

"Fenêtres d'antiquaire". Pékin, Chine 1965. La rue Liulichang à Pékin est célèbre pour ses antiquaires. Ici, les personnages semblent avoir été soigneusement disposés pour composer chacun une petite scène. (© Marc Riboud / Fonds Marc Riboud au MNAAG)

Si vous appréciez l'œuvre de Marc Riboud, vous pouvez aussi profiter de l'exposition Le Japon en duo à la galerie Le Réverbère de Lyon. Ses noir et blanc du Japon y sont exposés jusqu'au 11 mars 2023 en résonance avec les clichés d’une photographe contemporaine, Géraldine Lay. 

"100 photographies pour 100 ans" au Musée des Confluences à Lyon. Jusqu'au 31 décembre 2023. Tarif plein : 9 euros. Gratuit pour les moins de 18 ans et les étudiants. Plus d’informations sur le site du Musée des Confluences

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.