Le père de la photographie contemporaine William Klein expose des tirages inédits à Lyon

À l'occasion de ses 40 ans, la galerie le Réverbère de Lyon consacre une exposition exceptionnelle au grand photographe américain William Klein, 93 ans, installé en France. Une centaine de ses clichés sont à découvrir jusqu'au 23 juillet 2022.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Exposition "William Klein + Atelier" à la galerie du Réverbère de Lyon - William Klein Autoportrait 1993, Paris  (France 3 Aura)

Quarante ans et toujours la même envie de faire vivre la photo. À Lyon, la Galerie Le Réverbère célèbre son anniversaire avec son photographe phare, William Klein. Le lieu lui consacre une grande exposition jusqu’au 23 juillet 2022. Intitulé Klein + l'Atelier, le parcours présente 94 photos pour fêter les 94 ans de ce grand photographe américain, installé à Paris depuis 1948.

Une centaine de photos parmi lesquelles huit contacts peints, des noirs et blancs de tous ses grands sujets – dont un tiers d’inédits –, mûrement choisis avec son tireur et son assistante.

Expo William Klein

New York, Moscou : photographier le réel

Né à Manhattan en 1928, ce fils d'immigrés juifs hongrois, est un pur new-yorkais. Après avoir fui la Grosse Pomme à l'âge de 20 ans, il y revient en force dans les années 1950. Une ville tumultueuse, chaotique, en perpétuel mouvement sur laquelle il porte un nouveau regard. Il capte les rues de sa ville en ébullition, déforme ses sujets, décadre sans complexe, apporte du mouvement dans les images fixes. "Tout était d’une telle évidence, tout le monde si disponible. Ça a déterminé ma façon de travailler", confie-t-il en 2005.

Le tirage aussi devient un champ d'expérimentations, il force le grain et les contrastes. "Il a tout tenté, les erreurs techniques qu'il découvre au tirage, il s'en sert après, il a vraiment tout imaginé", rapporte Catherine Dérioz, de la galerie Le Réverbère. 

J’ai décidé d’être visible, d’intervenir et de le montrer.

William Klein

photographe

  Close Up Harlem, New York, 1954-55  (©William Klein / Courtesy Galerie Le Réverbère, Lyon)

En interaction avec les modèles qu'il photographie et le spectateur qui regarde ses photos, Klein met en scène le réel. "Il a cette capacité à ne pas avoir peur qu'on le regarde, à assumer le fait qu'il est photographe. On se sent mis en cause et c'est aussi ça la grande puissance de l'œil de Klein", analyse Jacques Damez, Galerie Le Réverbère.

Témoin de son époque, William Klein documente le monde, sillonne les grandes capitales et ose aller au plus près des gens qu'il saisit au grand angle. Il photographie Moscou dans les années 1960, en pleine Guerre Froide. "J’avais peur de trouver une ville fermée, casse-pied. Mais j’ai ressenti une sorte d’émotion, très loin de la rage que m’inspirait New York, une espèce de mélancolie un peu désespérée, presque tendre, pas loin du sentiment que j’avais, gosse, en lisant des romans russes", dira-t-il à propos de son séjour en Russie.

  Graffiti, Moscou, 1960 (©William Klein /  Courtesy Galerie Le Réverbère, Lyon)

Un photographe américain à Lyon

Entre William Klein et la galerie du Réverbère, l'histoire a débuté il y a de nombreuses années. Au temps où les appareils photos ne se confondaient pas avec un téléphone, au temps où l'argentique imprégnait la pellicule durablement. Trente années d'amitié scellées par de multiples expositions dans ce haut lieu de la photographie. William Klein ne pouvait refuser de se prêter au jeu de la rétrospective.

Entrée des Spartakiades, Moscou, 1959 (©William Klein /  Courtesy Galerie Le Réverbère, Lyon)
Pour ce projet exceptionnel, les galeristes Catherine Dérioz et Jacques Damez ont eu accès à l'ensemble des boîtes d'images de Klein et de ses assistants. En découvrant ce trésor entreposé dans son atelier parisien, ils ont immédiatement eu envie de le montrer au public. Au terme de longues heures passées dans les archives du photographe, le choix s'est porté sur des clichés iconiques, mais aussi quelques inédits.

Contact peints 

Artiste protéiforme, grand photographe de modecurieux de toutes les techniques et de toutes les démarches esthétiques, William Klein expérimente et cherche sans relâche. Il pousse l’expérimentation jusqu’à produire, dès la fin des années 80, ce qu’il appelle des "contacts peints".

Il s'agit de grandes photographies revisitées par des interventions à la peinture (sa première formation) sur des planches-contacts agrandies. Une remarquable synthèse entre ses travaux de photographe, de peintre et de cinéaste. Certaines de ces expériences plastiques sont dévoilées pour la première fois au public à l'occasion de cette exposition.

  Paris Backstage, Contact peint  (©William Klein / Courtesy Galerie Le Réverbère, Lyon)

"Klein + l'Atelier" - Galerie Le Réverbère38 rue Burdeau 69001 Lyon. 

Du mercredi au samedi de 14h à 19h

Jusqu'au 23 juillet 2022

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Photographie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.