À Arles, les festivaliers au rendez-vous des Rencontres de la photographie pour cette édition de "renouveau"

Malgré la pluie, les visiteurs étaient au rendez-vous pour l'ouverture des Rencontres d'Arles dimanche 4 juillet et ont pu profiter des différentes expositions de photographie réparties dans la ville. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Une visiteuse prend une photo à l'exposition New Black Vanguard à l'ouverture des Rencontres d'Arles, le 4 juillet 2021 (NICOLAS TUCAT / AFP)

Pas de chapeaux ou de robes légères pour l'ouverture des Rencontres d'Arles dimanche 4 juillet, mais des cirés et des bottes : malgré la pluie, les expositions photo ont fait le plein pour le retour du festival annulé en 2020 pour cause de crise sanitaire.

Sur la grande place de la République, dans le centre ancien de la ville des Bouches-du-Rhône, les visiteurs ont afflué dès l'ouverture des expositions, vers dix heures. "Il y a un peu moins de monde que d'habitude dans les rues", constate Alexis Gregorat, à la communication des Rencontres, "mais il y a plusieurs facteurs : la pluie, et le fait que pour la première fois on ouvre un dimanche et non un lundi."

Des artistes noirs mis en avant dans l'exposition "New Black Vanguard"

A l'église Sainte-Anne, nombreux sont ceux qui descendent d'un "vélo-taxi" emprunté à la gare sous des trombes d'eau. Du gris de la rue, ils débarquent dans l'univers coloré de l'exposition New Black Vanguard : des photos, de mode pour la plupart, de personnes noires prises par des Noirs, des clichés mis en valeur par des murs ocre, jaune et bleu.

"J'ai spécialement aimé la diversité du concept de beauté dans cette exposition", a confié à l'AFP Francesca Fornara, une Italienne, qui juge "très important, surtout dans l'Amérique de Trump dans laquelle ont été prises ces photos, ce souci de faire travailler des artistes noirs".

Exposition Sabine Weiss : "Toute une vie de photographe"

Au Muséon Arlaten, fermé plusieurs années durant et qui rouvrait pour l'occasion, une file d'attente s'est formée pour une exposition plus classique autour de l'oeuvre de Sabine Weiss, 97 ans. Des clichés en noir et blanc, des années 1950 à aujourd'hui, des scènes de rue pour la plupart, portraits d'enfants mendiants ou de marchands ambulants, chats de gouttière et bals populaires.

Clémentine Ponsonnet, 40 ans, venue de Montpellier pour un festival qu'elle fréquente souvent, en sort enchantée. "C'est intéressant de voir toute une vie de photographe, j'ai trouvé ça plus intéressant que l'exposition d'artistes émergents dans l'église des Frères prêcheurs, un peu frustrante."

Révolution soudanaise et photo sur cresson

Juste en face, les festivaliers, dont beaucoup portent eux-même un appareil photo en bandoulière, plongent dans un tout autre univers : celui de la révolution soudanaise, photographiée et vécue par de jeunes artistes qui diffusaient surtout leurs clichés sur les réseaux sociaux.

Pour la première fois dirigé par l'Allemand Christoph Wiesner, venu de l'art contemporain, le festival explore aussi des formes plus expérimentales, comme Pigment change de la plasticienne Almudena Romero. Dans une démarche écologique, l'artiste a utilisé des matériaux végétaux comme le cresson pour y imprimer d'anciens négatifs de photos de famille.

Une belle surprise pour les touristes

Le festival a aussi exploré de nouveaux lieux pour cette édition de "renouveau", comme le Jardin d'été, en contrebas du théâtre antique. Ici, l'exposition est gratuite, et ses visiteurs y sont souvent arrivés par hasard.

Devant les tirages à hauteur d'homme de Stéphan Gladieu, le public est amusé. Le photographe français, présent pour essuyer les panneaux trempés, a tiré le portrait à des dizaines de Nord-coréens, souvent en famille, à la piscine comme au bureau, en jouant avec les codes de la propagande communiste.

Pour Paulina Wyskowska, une Polonaise en vacances en famille en Camargue, c'est une belle surprise: "On est en camping et comme il pleut on s'est dit qu'on allait visiter une ville, mais on ne s'attendait pas à ce festival." Ces touristes trouvent beaucoup de points communs entre l'esthétique de ces photos et celle "de la Pologne communiste, dans les années 1970". "C'est fou, c'est comme si le temps s'était arrêté", commente Paulina. Le festival des Rencontres d'Arles se tient du 4 juillet au 26 septembre.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Photographie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.