Un tableau de Bernardini Luini, élève de Léonard de Vinci, vendu plus de 2 millions d'euros, un record

Une "Vierge à l'enfant" de Bernardino Luini, un célèbre élève de Léonard de Vinci, a été adjugée 2,3 millions d'euros jeudi 14 novembre à Paris alors qu'elle avait été vendue dix fois moins cher il y a seulement deux ans.

Bernardino Luini, \"Vierge à l\'Enfant avec saint Georges et un ange musicien\", huile sur panneau (détail)
Bernardino Luini, "Vierge à l'Enfant avec saint Georges et un ange musicien", huile sur panneau (détail) (courtesy Aguttes)

Une Vierge à l'enfant avec Saint-Georges et un ange musicien, tableau exceptionnel de Bernardino Luini, un des élèves les plus proches de Léonard de Vinci, a été adjugée jeudi 14 novembre à Paris pour 2,3 millions d'euros, un record pour l'artiste.

"Grâce au travail méticuleux de recherche et de restauration, je suis heureux que le marché rende hommage au talent de Bernardino Luini qui atteint ce soir 2 300 400 euros" frais compris, a salué Grégoire Lacroix, directeur du département des tableaux et dessins anciens chez la maison Aguttes, qui organisait la vente à Drouot.

Ce chef-d'oeuvre du peintre de XVe siècle italien, qui travailla un temps pour Léonard de Vinci et à qui le Salvator Mundi avait été attribué par certains experts, avait été estimé entre 1,8 et 2 millions d'euros.

Bernardino Luini, \"Vierge à l\'Enfant avec saint Georges et un ange musicien\", huile sur panneau
Bernardino Luini, "Vierge à l'Enfant avec saint Georges et un ange musicien", huile sur panneau (coutesy Aguttes)

Vendu dix fois moins cher en 2017

L'oeuvre de la Renaissance avait été précédemment acquise le 6 juillet 2017 par un collectionneur privé allemand, pour une somme dix fois moindre, 200 000 euros, chez Christie's à Londres.

Bernardino Luini (1480-1532), surnommé le "Raphaël de Lombardie", avait été, avec Giovanni Antonio Boltraffio (1467-1516), un des principaux élèves et assistants du grand maître toscan, dont on célèbre le 500e anniversaire de la mort et à qui le Louvre consacre la plus grande rétrospective jamais organisée.

Cette Vierge à l'enfant faisait partie de la collection de Sir Francis Cook, une des plus importantes d'Angleterre, rassemblée au XIXe siècle, tout comme le fameux Salvator Mundi, dont la localisation reste un mystère depuis sa vente record à 450 millions de dollars en 2017. L'industriel, épaulé dans ses acquisitions par Sir Charles Robinson, conservateur de la collection de la Reine Victoria, avait acquis les deux oeuvres vers 1900, comme étant toutes deux de la main de Bernardino Luini. Il possédait aussi des tableaux de Fra Angelico, Filippo Lippo ou Sandro Botticelli.

Le tableau a retrouvé ses couleurs après des restaurations maladroites

Le tableau, sur fond de village et de montagne imaginaire, montre saint Georges qui vient de décapiter le dragon, symbole du mal, et offre la tête de la créature à Jésus, enfant, dans les bras de sa mère. Jésus remet au saint la palme de la victoire, tandis qu'un ange joue du luth derrière eux.

Cette huile sur panneau de bois, qui avait subi plusieurs restaurations maladroites avec des vernis jaunis, a été profondément rénovée et a retrouvé son lustre. Les couleurs vives sont typiques de l'expérience qu'avait Luini de la fresque et le sfumato (flou brumeux) est inspiré directement de celui de Léonard.

Au XVIe siècle, Luini, connu comme un excellent fresquiste, était le peintre milanais le plus célèbre. Puis il est tombé un peu dans l'oubli, à cause d'une erreur de Giorgio Vasari, qui, dans son ouvrage de référence, Vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes, l'avait appellé "di Lupino". Il a fallu attendre le XIXe siècle pour que le malentendu soit dissipé.

Le Louvre possède cinq œuvres de Bernardino Luini dont Le Sommeil de l'Enfant Jésus et La Vierge et l'enfant avec un ange.