"On est vraiment en présence d'une relique de la mort de Van Gogh" : le revolver avec lequel le peintre se serait suicidé est vendu aux enchères

L'arme est mise en vente ce mercredi, elle est estimée entre 40 000 et 60 000 euros. 

Le revolver est présenté dans la salle de vente de l\'hôtel Drouot à Paris. 
Le revolver est présenté dans la salle de vente de l'hôtel Drouot à Paris.  (JULIEN DE ROSA / EPA)

Il est minuscule, rouillé, il ne fonctionne plus et pourtant il vaut très cher. Le revolver avec lequel le peintre Vincent Van Gogh aurait tenté de se suicider en 1890 est vendu aux enchères mercredi 19 juin à l'hôtel Drouot à Paris. L'arme, de la marque Lefaucheux, a été retrouvée à Auvers-sur-Oise vers 1960 et il attire les foules depuis plusieurs jours dans la salle d'exposition. 

L'authenticité de l'arme mis en doute 

Le revolver, très abimé, trône sur une meule de foin car Vincent Van Gogh aurait tenté de se tuer avec dans un champ. Les experts restent divisés sur l'authenticité de l'arme mais Yann, un curieux venu voir le pistolet, est persuadé d'avoir sous les yeux un objet exceptionnel. "L'Histoire c'est quelque chose qui n'est pas très concret et qu'on ne touche pas. Là, c'est un objet vraiment témoin de l'histoire de Van Gogh. Ça véhicule des informations et pas seulement pour un collectionneur", dit-il. 

Le commissaire-priseur, Grégoire Veyrès reconnait que le revolver rouillé ne sera probablement jamais formellement authentifié. Mais pour lui, cet objet représente l'instabilité mentale de l'artiste. "On est vraiment en présence d'une relique de la mort de Van Gogh. La détente est en position ouverte ce qui signifie qu'un coup de feu est parti avant que l'arme ne tombe au sol. C'est le témoignage le plus fort qu'on puisse avoir sur la vie du peintre". Pour acquérir ce précieux témoignage, il faudra mettre le prix. L'arme est estimée entre 40 000 et 60 000 euros.