Cet article date de plus de quatre ans.

Le musée Marmottan Monet rouvre ses portes le 2 juin avec l'exposition Cézanne et les maîtres, prolongée jusqu'à la fin de l'année

On va de nouveau pouvoir voir Cézanne au musée Marmottan, qui rouvre au public le 2 juin

Article rédigé par Valérie Oddos
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 3 min
A gauche, une salle du musée Marmottan Monet à Paris - A droite, Paul Cezanne, "Nature morte, poires et pommes vertes", vers 1873, Paris, musée de l’Orangerie, collection Jean Walter et Paul Guillaume  (A gauche © GARDEL BERTRAND / HEMIS.FR / VIA AFP - A droite © RMN-Grand Palais (musée de l’Orangerie) / Hervé Lewandowski)

Le Musée Marmottan-Monet à Paris, qui possède la plus grande collection d'oeuvres de Claude Monet, dont le célèbre Impression, soleil levant qui a donné son nom à l'impressionnisme, a annoncé qu'il rouvrait ses portes le mardi 2 juin, avec l'exposition Cézanne et les maîtres, rêve d'Italie, prolongée jusqu'au 3 janvier 2021.

Pour "assurer la sécurité des visiteurs", le musée Marmottan demande à ceux-ci d'être munis de leur propre masque et n'accueillera pas plus de 100 personnes à la fois. La réservation n'est pas obligatoire mais recommandée, pour éviter les files d'attente. Dix personnes seront admises tous les quarts d'heure. Le musée change ses horaires d'ouverture : il sera ouvert du mardi au dimanche de 11h à 19h, avec deux nocturnes au lieu d'une (le mardi et le jeudi jusqu'à 21h).

A gauche, Paul Cezanne "Château Noir", 1903-1904, Paris, Musée Picasso - A droite, Nicolas Poussin "Paysage avec Agar et l’ange", après 1660,Gallerie Nazionali d’Arte Antica (A gauche © RMN-Grand Palais (Musée national Picasso-Paris) / Mathieu Rabeau -  A droite © Gallerie Nazionali d’Arte Antica di Roma)

L'exposition Cézanne et les maîtres accueillera 55 personnes à la fois : elle avait commencé le 27 février et avait accueilli, pendant les deux semaines avant le confinement, une moyenne de 1800 visiteurs par jour. Grâce à l'accord de 43 prêteurs du monde entier, elle peut être prolongée jusqu'au 3 janvier 2021.

L'exposition met en lumière le lien entre Paul Cézanne (1839-1906) et les maîtres italiens, qu'il a regardés au Louvre et qui l'ont profondément marqué. D'abord ceux de Venise et de Naples, puis de Rome avec Poussin. Enfin, pour inscrire Cézanne dans la continuité de l'histoire de l'art italien, l'exposition montre comment le Français, à son tour, a imprimé sa marque sur les peintres italiens du XXe siècle.

Des rapprochements sont faits entre les 62 œuvres de l'exposition, accrochées par paires ou en trio. Des toiles de Cézanne bien sûr, et de Titien, Tintoret, Greco, Luca Giordano et Poussin, jusqu'à Carlo Carrà, Mario Sironi, Giorgio Morandi pour celles du siècle passé.

L'exposition montre comment Cézanne ne copie jamais les maîtres, il s'en nourrit, il les intègre, pour en dégager l'esprit et faire une œuvre moderne et une œuvre personnelle, même si on peut trouver des correspondances entre les structures de certains tableaux. Elle montre comment des Vénitiens, il a appris la leçon de la couleur et de la touche : il ne dessine pas, il "modèle" la peinture. Et comment le vrai sujet de Cézanne est l'émotion, la sensation : peu importe le sujet, il peut peindre une figure comme une nature morte, son épouse comme une cafetière.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Musée Marmottan Monet (@museemarmottanmonet_) le

Les oeuvres des collections commentées dans des capsules vidéo

Pendant la première phase du déconfinement, le musée Marmottan poursuit la publication sur son compte Instagram de pastilles vidéo de quelques minutes passionnantes dans lesquelles sa directrice scientifique du musée commente une œuvre des collections. Marianne Mathieu nous parle d'Impression, soleil levant, du portrait de Julie Manet par Renoir, d'un autoportrait de Berthe Morisot, des Chrysanthèmes blancs et jaunes du jardin du Petit Gennevilliers de Gustave Caillebotte...

Installé dans un hôtel particulier du 16e arrondissement de Paris, le musée Marmottan Monet, ouvert depuis 1934, a bénéficié depuis de nombreux legs et donations. Grâce à ceux de Michel Monet, le fils de Claude Monet, et des petits-enfants de Berthe Morisot, le musée possède le premier fonds mondial de ces deux peintres.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.