Makiko Furuichi crée une fresque inspirée de Lascaux et du Japon dans les caves troglodytiques de Saumur

En partenariat avec l’abbaye de Fontevraud, la maison Ackerman accueille la 7e œuvre éphémère réalisée dans le cadre d’une résidence d’artistes. En cours de réalisation, elle sera visible dès la réouverture des lieux culturels. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Oeuvre de Makiko Furuichi sur les parois de la cave Ackerman à Saumur (Maine et Loire) (France 3 Pays de la Loire)

À Saumur, dans le Maine-et-Loire, la maison Ackerman, met à la disposition des artistes contemporains l'une de ses caves à vin. Depuis six ans, les célèbres grottes de tuffeau servent de terrain de jeu et d'expérimentation aux résidents accueillis en partenariat avec l'abbaye de Fontevraud. Depuis quelques jours, c'est l'artiste d'origine japonaise Makiko Furuichi qui a pris possession des lieux.

Makiko Furuichi, une artiste japonaise dans les troglodytes

La grotte de Lascaux et la tradition des Yokaï

Installée depuis dix ans à Nantes, Makiko Furuichi a été sélectionnée par un jury pour réaliser une oeuvre dans ces anciennes caves troglodytiques de Saumur. Elle s'inspire des peintures rupestres de la grotte de Lascaux et de la tradition des Yokaï. Des créatures surnaturelles dans le folklore japonais qui auraient la particularité de porter chance ou malchance à ceux qu'ils rencontrent. "J'espère que les visiteurs vont rester longtemps pour voir le reflet d'eux-mêmes", confie Makiko. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par hihi houhou (@makiko_furuichi)

Une fresque de 53 mètres

Après avoir cherché la meilleure teinte à appliquer sur les parois de la cave, Makiko Furuichi se perche sur un échafaudage et applique ses mélanges de peinture faites de chaux et de pigments. La plasticienne improvise une nouvelle forme d'art en découvrant pour la première fois un matériau inédit. "J'essaie de suivre la matière et la forme du tuffeau, ça m'inspire beaucoup", dit-elle. On n'en saura pas plus sur le projet, juste que la fresque promet un beau voyage de 53 mètres. Une danse improbable qui mêlera nos ancêtres aux monstres japonais. 

Comme pour les précédentes éditions, l'oeuvre de Makiko Furuichi restera dans les caves Ackerman durant trois ans. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Peinture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.