Cet article date de plus de trois ans.

L'Etat fait appel aux entreprises pour acquérir une toile d'Emile Bernard pour le Musée d'Orsay

Un appel au mécénat d'entreprise a été lancé par le ministère de la Culture afin de permettre au Musée d’Orsay d'acquérir un tableau de 1888 du peintre Emile Bernard, "Les Bretonnes dans la prairie" ou "Le Pardon", "tournant historique dans le dépassement de l'impressionnisme", selon un avis paru au Journal Officiel.
Article rédigé par
franceinfo Culture (avec AFP) - franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Emile Bernard : "Les Bretonnes dans la prairie" ou "Le Pardon" (huile sur toile)
 (Collection Josefowitz.)
Il s’agit d’une "œuvre majeure de la modernité picturale", "un jalon dans le dépassement de l'impressionnisme et un manifeste du synthétisme dont Emile Bernard et Paul Gauguin développent le style à Pont-Aven", relève le ministère.

Un taleau d'une radicalité nouvelle

Selon l'avis officiel, ce tableau "forme comme un diptyque" avec "La vision d'après le Sermon" réalisée par Gauguin (National Gallery of Scotland, Édimbourg). Ces deux tableaux "affirment une radicalité nouvelle par la brutalité des formes, la schématisation des contours, l'usage des couleurs en aplat, les déformations iconoclastes".
Gauguin : "La vision d'après le Sermon" Gauguin (National Gallery of Scotland
 (JAVIER SORIANO / AFP)

4 millions d'euros

Cet appel a été lancé aux entreprises par Françoise Nyssen alors qu'elle était encore ministre, pour qu'elles "participent à l'acquisition par l'Etat, pour le Musée d'Orsay, au prix de 4 millions d'euros.

L'actuel détenteur n'a pas été révélé: "de provenance prestigieuse, cette œuvre essentielle d'Emile Bernard (1868-1941) représente le dernier tableau de l'artiste de cette qualité encore en mains privées dont l'acquisition constituerait un enrichissement considérable pour les collections nationales affectées au musée d'Orsay".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Peinture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.