Musée des Beaux-Arts de Brest : des centaines de tableaux rénovés après l’attaque d’un champignon

En 2014, près de 500 toiles des réserves du musée des Beaux-Arts de Brest avaient été victimes d’un champignon, le mycélium. Quatre ans après, la rénovation de ces œuvres est quasiment terminée. Un chantier exceptionnel.

Sophie Lessard, directrice du musée des Beaux-Arts de Brest, \"ausculte\" un tableau à la recherche d\'éventuels champignons  
Sophie Lessard, directrice du musée des Beaux-Arts de Brest, "ausculte" un tableau à la recherche d'éventuels champignons   (Capture d'image France 3/Culturebox)
Reportage : H. Pédech / I. Frohberg / C. Polet / S. Secret / O. Melinand
Peintures, dessins, vernis, bois des cadres : rien n’a échappé à ce terrible champignon qui s’est développé grâce à un hiver pluvieux et des locaux trop humides. Huit restauratrices d’art se sont armées de patience, de pinceaux et de brosses pour sauver ces œuvres.

Il a fallu qu’on fasse un gros travail de dépoussiérage. Et puis après on a procédé à un traitement fongicide ou fongistatique en fonction des objets afin de les assainir pour les réintégrer dans de nouvelles réserves.Marine Letouzey, restauratrice d'arts graphiques et livres


Aujourd’hui, ces toiles sont sauvées mais sous haute-surveillance.   
 

C’est une collection qui est en rémission. On la surveille particulièrement, quotidiennement.Sophie Lessard, directrice du musée des Beaux-Arts de Brest

 

Cette opération a coûté près de 100.000 euros. Une somme à laquelle il faut ajouter la réhabilitation des réserves, désinfectées et rénovées. 500.000 euros pour assurer des conditions de température, d’hydrométrie et d’aération adaptées à la conservation d'œuvres d'art censées traverser les siècles.