Monumenta2016

Huang Yong Ping présente "Empires".

(©)

Jouez et gagnez des places pour découvrir cette exposition avec France Info !

Depuis 2007, Monumenta invite un artiste d’envergure internationale à se confronter à la Nef du Grand Palais, une surface de 13 500 m² et une immense verrière de 35 mètres de hauteur. Anselm Kiefer, Richard Serra, Christian Boltanski, Anish Kapoor, Daniel Buren, Ilya et Emilia Kabakov se sont succédé pour relever ce défi.

Huang Yong Ping (né en 1954 en Chine, vit depuis 1989 en France et est installé aujourd’hui à Ivry-sur-Seine), est une figure majeure de l’avant-garde chinoise des années 1980. C’est à cette époque qu’il fonde le mouvement Xiamen Dada, dont le mot d’ordre est « Le zen est Dada, Dada est le zen ». Véritable fondateur de l’art contemporain en Chine, il réalise au sein de ce groupe des actions radicales et qui cultivent un goût certain pour le paradoxe et la contestation par l’absurde. Dès cette époque, son œuvre instaure des correspondances entre l’art, la vie et le politique.

S’inspirant des récits mythiques, qu’ils soient religieux ou philosophiques, il revisite et mêle des croyances et référents d’Orient et d’Occident dans un travail qui remet en cause nos certitudes. Suscitant fascination et inquiétude envers les transformations du monde, il met en scène de façon grandiose et onirique des animaux et nous alerte sur la troublante et inquiétante actualité de ces mythes.

Huang Yong Ping est l’artiste de toutes les démesures. A de multiples occasions il a su démontrer la puissance de ses installations monumentales devenues sa marque de fabrique. Depuis Les Magiciens de la Terre en 1989 où ses livres lavés à la machine envahissaient l’espace de la Grande Halle de la Villette, jusqu’à son Arche de Noé grandeur nature (Arche 2009, 2009) dans la chapelle des Beaux-Arts de Paris, en passant par la Biennale de Venise (Un Homme, neuf animaux, 1999) où ses animaux mythologiques transperçaient le toit du Pavillon Français, l’originalité de ces installations réside dans leur caractère éminemment contextuel : chaque œuvre est directement inspirée du contexte historique, politique, sociétal et architectural de son lieu d’exposition.

Pour Monumenta 2016, Huang Yong Ping réalise une immense installation immersive. Le projet, spectaculaire, se compose d’une architecture de couleur constituée de huit îlots surplombée d’une structure dont l’ombre portée se mêle par son sens et sa forme à celle des nervures métalliques de la verrière. Prenant du recul dans la grande allée centrale, l’on embrasse dans cette perspective, d’un seul regard, l’ensemble de l’installation et l’ampleur de la Nef à laquelle se mesure l’artiste.

Ce projet est un paysage symbolique du monde économique d’aujourd’hui. Comme les vapeurs qui montent des vallées dans la peinture chinoise montrant la mutation permanente des énergies et des substances, comme les premiers paysages industriels des impressionnistes qui présentaient les effets physiques et optiques de la transformation de l’environnement par la machine, Huang Yong Ping représente, à l’intérieur de ce chef-d’œuvre de l’âge industriel qu’est le Grand Palais, la modification du monde, les métamorphoses des puissances politiques et économiques, l’ascension de nouvelles régions géographiques, le déclin d’anciens empires et l’apparition provisoire de nouveaux candidats à la puissance et les violences que ces ambitions provoquent. Stratégies, tactiques, politique, art et art de la guerre, volonté de pouvoir et de richesse, ruines, naissance ou renaissance des sociétés : chacun des pays, des conglomérats, chacune des multinationales qui participent aux successions interminables de grandeur et de décadence cherchent à porter, ne serait-ce que quelques instants, un Empire.

Plus d’information sur : www.grandpalais.fr