Cet article date de plus de cinq ans.

Madeleine Millot-Durrenberger, profession : collectionneuse

Rencontre avec la strasbourgeoise Madeleine Millot-Durrenberger qui possède l'une des plus grandes collections privées de photos contemporaines. Elle exposait récemment (jusqu'au 31 janvier 2010) les oeuvres d'une quinzaine de photographes à "La Chambre" à Strasbourg. Une exposition intitulée "la faim du désir".
Article rédigé par
franceinfo Culture - franceinfo
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Madeleine Millot-Durrenberger, profession : collectionneuse
 (Culturebox)

"Une collection est, pour moi, l'aveu que la vie ne suffit pas". Voilà une belle confession qui résume à elle seule toute la démarche de Madeleine Millot-Durrenberger. Une démarche qui est tout, sauf mercantile. Car si elle possède plus de 1200 photos, elle n'en vend aucune. Cette fille d'un universitaire académicien, qui fut d'abord enseignante en sociologie, se voit d'abord comme une "passeuse", qui veut faire partager ses coups de coeur : "Je ne collectionne pas les belles images, mais les univers d'artistes". La preuve : pour certains artistes, Madeleine possède assez d'oeuvres pour organiser une exposition monographique. Elle est la seule collectionneuse en France à concevoir des expositions de ses oeuvres, un peu partout en Europe, s'occupant de l'encadrement comme de l'accrochage. Madeleine Millot-Durrenberger est aussi à l'origine d'une maison maison d'édition, In extremis, dédiée aux livres d'art et qui fonctionne comme une association. Mais attention ! C'est un caractère ! A la question : "Faites-vous vous même de la photographie ?", elle répond :"Si j'étais moi-même artiste, ça se saurait depuis longtemps. par ailleurs, si je collectionnais les pipes, me demanderait-on si j'en fais ?" Et en plus, elle a de l'esprit !


A voir aussi sur Culturebox :
- une sélection d'expos photos
- les événements culturels en Alsace

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Arts-Expos

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.